acti, agence web lyon

Le Blog

Let’s start conversation !

Par Nicolas, le jeudi 30 Nov 2017 dans Actualité digitale

Notre conviction chez acti : c’est la qualité des conversations entre une marque et ses publics qui suscite leur engagement et provoque in fine la conversion. Une étude récente de Forrester va dans ce sens : elle démontre que l’engagement de la conversation au plus proche d’un produit peut multiplier ses ventes par 10.

Le rejet massif de la pub intrusive (le taux de pénétration des adblockers en France est autour de 40%) impose aux marques d’aller vers le conversationnel. Mais encore faut-il s’entendre sur ce que doit vraiment être le conversationnel !

Beaucoup d’annonceurs pensent encore que la conversation se limite aux réseaux sociaux, aux forums ou aux sites d’avis. Or, chez acti, nous pensons que c’est bien tout l’écosystème digital de la marque qui doit être conversationnel : site, app mobile, CRM, dispositif media, social, etc. !

lire la suite

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Comment garantir l'efficacité de sa campagne digitale en 2017 ?

Par Nicolas, le jeudi 6 Oct 2016 dans E-Marketing

Je reviens du HUBFORUM, grand messe de la transformation digitale, qui s’est déroulée les 4 et 5 octobre, à la Mutualité à Paris.

Toujours utile d’être exposé aux retours d’expérience de grands annonceurs comme Darty, Disneyland ou la Française des jeux et à la vision des fournisseurs de solutions, experts dans leur domaine. Toujours rafraîchissant de croiser des start-up innovantes, qui nous bousculent dans nos certitudes. On a bien-sûr parlé data, programmatique, cross-canal ou encore brand safety.

Comment délivrer le bon message au bon moment ?

Si ces sujets sont tous d’actualité, la question de fond, posée en filigrane, est une vieille antienne des communicants : comment délivrer le bon message, au bon moment, à la bonne personne ? En d’autres termes, comment garantir l’efficacité de ses campagnes ?

C’est finalement assez rassurant de voir que les bouleversements engendrés par le digital n’ont pas fait perdre aux marketeurs leur bon sens ROIste.

Il se trouve que la technologie offre, aujourd’hui, des possibilités extraordinaires pour mieux cibler ses clients. D’aucun regretteront le peu de place laissée à l’intuition et à la créativité publicitaire. Mais je préfère me tourner vers les optimistes, qui veulent réinventer leur métier, sans pour autant perdre leur âme.

Reconnaître son client

Revenons donc sur la question de l’efficacité des campagnes et sur les questions qu’elle soulève.

Un des points centraux est lié à la notion d’identité multiple : beaucoup de marques ont le plus grand mal à rapprocher l’identité offline et online de leurs clients. Un même client peut donc avoir deux traitements différents, selon qu’il arrive par un canal physique ou par un canal digital, gênant ! Pire, un client non reconnu peut être traité comme un prospect : désastre relationnel et explosion des coûts d’acquisition.

Le problème est d’autant plus complexe que l’identité online est souvent multiple (un individu peut avoir jusqu’à 4 cookies différents).  La société Liveramp, spécialiste du data onboarding (données embarquées), accompagne La Redoute sur ces sujets.

hubforum

Atteindre son client

Le cross-device est un autre enjeu majeur : aujourd’hui, il existe des solutions comme Rocket Fuel pour casser les silos, organiser des campagnes cross-device en programmatique et mesurer leur efficacité. La mise en place de campagnes complexes (multi-formats et multi-supports) devient gérable via des solutions d’automatisation.


La contextualisation des messages
est aussi un moyen pour communiquer mieux. La publicité native se développe de façon exponentielle, elle représentera dans quelques années plus de la moitié des achats publicitaires en ligne. Les algorithmes permettent de positionner ses bannières au sein d’articles qui ont été sélectionnées à partir d’une liste de mots clés stratégiques pour la marque.

Communiquer au bon endroit, c’est aussi éviter les sites qui peuvent nuire à l’image de l’entreprise. On a tous en tête l’exemple de cette banque américaine qui a récemment été accusée de financer le terrorisme pour avoir été vu sur un site peu recommandable. La maitrise de ses achats media et le brand safety sont pour tous les annonceurs un enjeu clé, sur un marché où la fraude mondiale s’élève à plus de 7 milliards.

« Délivrer le bon message, au bon moment, à la bonne personne » est, vous le voyez, un sujet d’actualité aux multiples facettes, que le hub forum aura éclairé cette année. 

Un grand merci à eux ; et à l’année prochaine.

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

acti accélère sur le social media

Par Nicolas, le lundi 4 Avr 2016 dans Inside acti

Like a Bird Agency, spécialisée dans les opérations marketing sur les réseaux sociaux, rejoint acti.


acti a le plaisir d’accueillir Pauline Garcia dans son équipe Social Media.

Pauline Garcia
L’agence se renforce par la même occasion dans les secteurs du lifestyle et de la beauté.

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Votre présence mobile : du centre de coût au profit

Par Nicolas, le mercredi 1 Août 2012 dans E-Marketing

Votre présence mobile : du centre de coût au profit

Le 5 Juillet 2012, Lagardère Métropoles et l’agence acti ont animé à Confluence un atelier sur la profitabilité d’une présence mobile.

Au programme de l’atelier

  • La mobilité, pourquoi y aller ?
  • Au delà des applications iPhone, une présentation des opportunités qu’offrent le mobile.
  • Réussir à s’imposer, quelle organisation adopter ?
  • Savoir se distinguer afin d’émerger
  • Les bonnes questions à se poser

lire la suite

Commenter cet article Voir les commentaires (2)

Ce qu'il faut savoir sur l'extension .xxx

Par Nicolas, le mardi 5 Juin 2012 dans Actualité digitale

Je vous en parlais en août 2011 sur cet article , suite à un lobbying intensif de « l’industrie adulte », l’extension de nom de domaine .xxx est en place.

Le registre ICM Registry (en charge de l’extension .xxx ) vous permet désormais deux scenarios selon votre profil :

1/ Je fais partie de « l’industrie adulte »

Je peux déposer et faire pointer mon nom de domaine .xxx et ainsi disposer d’un site clairement identifié.

2/ Je suis une entreprise, une marque et je ne fais pas partie de « l’industrie adulte »

Je peux enregistrer le nom de domaine pour ma marque ou mon entreprise et ainsi la « protéger » de toute dérive. En revanche, vous ne pourrez pas exploiter ce nom de domaine (pour une redirection par exemple).

Dommage, car acti avait une bien belle idée d’adaptation du site acti.fr pour son nom de domaine acti.xxx :-)

acti
Voir le site

Pensez donc à réserver votre extension .xxx … ne serait-ce que pour protéger votre marque ou votre entreprise !

Commenter cet article Voir les commentaires (2)

Une nouvelle norme pour éviter les faux avis de consommateurs

Par Nicolas, le mercredi 30 Mai 2012 dans Actualité digitale

Les avis de consommateurs constituent un élément essentiel dans l’acte d’achat.

La question est de savoir quelle est la véritable valeur des commentaires trouvés sur internet. Récemment, la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) a condamné plusieurs sites pour publication de faux avis de consommateurs. Les Inrocks avaient également levé le voile en 2011 sur le fructueux business autour de la vente de faux avis.

En Janvier 2012, l’association française de normalisation a annoncé qu’une commission commençait à plancher sur le traitement des avis de consommateurs, afin de lutter contre les faux commentaires. Après plusieurs réunions de travail, la réflexion est bien avancée.

La norme régira la collecte, la modération, la restitution et les publications des avis des consommateurs sur les produits, services, points de vente, lieux d’exercice d’une activité ou encore sites internet.

L’objectif est de valoriser les avis des consommateurs en évaluant leur crédibilité et leur fiabilité, et permettre aux internautes de se faire une meilleure idée sur tel produit ou service.
A ce jour, il n’existe pas d’autre norme de ce type dans le monde.

Une vingtaine d’entreprises participent à la commission dont GDF Suez, le Groupe La Poste, Avisdemamans.com, le Syndicat National des Hôteliers Restaurateurs Cafetiers Traiteurs, Tripadvisor, Voyages SNCF, Yelp,…

Plusieurs axes ont d’ores et déjà été retenus :

– Pouvoir identifier clairement l’auteur d’un avis, qu’il soit sollicité par le vendeur suite à un achat ou déposé spontanément.

Obtenir des avis objectifs et non biaisés : la norme recommandera une ouverture à tous les consommateurs mais une vigilance quant aux conflits d’intérêts de pseudo consommateurs

– Le consommateur sera informé à plusieurs moments de la navigation, lors du dépôt de son avis ou de la consultation d’autres avis.

La modération des avis proposés devra être transparente, le contenu collecté devra être en adéquation avec l’objet évalué ;  l’internaute sera informé des motifs du rejet éventuel de son commentaire.

La prochaine étape sera la réalisation d’une enquête publique en juillet pour récolter les commentaires des internautes sur ce projet de norme.

Commenter cet article Voir les commentaires (3)

Elections US : le putsch des internautes a-t-il eu lieu ?

Par Nicolas, le jeudi 6 Nov 2008 dans Actualité digitale

Cette élection aura été historique en bien des points : c’est aussi l’élection d’un candidat qui aura (enfin) exploité le potentiel du web pour sa campagne ! Le candidat démocrate aura dépensé environ 5 millions de dollars dans l’e-pub lors des 7 premiers mois de l’année 2008.

Le (second) grand gagnant de cette stratégie online est le leader de l’e-pub, Google, avec 3 millions de dollars empochés.
Diverses techniques auront été utilisées pour cette e-campagne, les bannières publicitaires ou les liens sponsorisés, mais aussi les réseaux sociaux en incitant aux donations online.

46% des américains ont utilisé le web ou les SMS pour avoir des informations sur la campagne ou pour partager leur point de vue (en 2004, ce chiffre n’était que de 31%). Parmi ces utilisateurs, 10% ont déclaré avoir utilisé un site de réseau social (Facebook ou MySpace). Quand on sait que parmi les électeurs américains, les deux tiers des utilisateurs d’Internet de moins de 30 ans ont un profil sur un site de networking, on comprend mieux l’investissement du candidat démocrate sur ce type de sites.

Enfin, la grande nouveauté avec cette campagne, c’est la participation des internautes avec l’apparition de nombreuses vidéos caricaturales : de la battle de break dance entre Obama et McCain a la fameuse Obama girl, les internautes n’étaient pas en manque d’idées.

En conclusion, il semble que les internautes ont décidé de ne pas être passifs…et qu’il faudra compter avec eux à présent !

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Rechercher