acti, agence web lyon

Le Blog

Infographie : Comment référencer un site multilingue ?

Par Pierre, le mercredi 24 Mai 2017 dans E-Marketing

Voilà une question qui revient souvent en référencement naturel : comment référencer un site multilingue correctement ? Quelles sont les bonnes pratiques en SEO ?

Acti vous a concocté une (très) belle infographie pour vous donner un aperçu de la stratégie à adopter.

Référencer site multilingue infographie

 

Référencer un site multilingue : pourquoi est-ce important ?

Posséder un site multilingue est essentiel, particulièrement dans l’e-commerce mais également pour des sites vitrines. En effet, les chiffres de l’étude « Can’t Read, Won’t Buy: Why Language Matters on Global Websites », du Common Sense Advisory, sont frappants. On y apprend que :

  • 72% des internautes visitent des sites dans leur propre langue.
  • 56% favorisent la langue du site au prix des produits.
  • 42% n’achètent jamais de produits sur un site qui n’est pas dans leur propre langue.

Lors de la création d’un site s’adressant à un public international, il est donc essentiel de se poser la question : comment référencer son site dans plusieurs langues ?

Choix du domaine et de l’hébergement

La première étape pour créer un site multilingue optimisé pour le SEO, c’est de répondre à la question : comment vais-je structurer les langues au sein du site ? Quelle méthode vais-je utiliser pour proposer des pages dans différentes langues de façon fluide et transparente, sans pénaliser mon SEO ?

Nous suggérons trois méthodes, dont l’une se démarque particulièrement en terme de performance :

1) Un domaine par pays

C’est la meilleure solution en terme de performance. Admettons que j’ai un site nommé « monsite » et que je souhaite une version française, allemande et espagnole. Je vais donc acheter trois noms de domaines différents et créer trois sites :

http://monsite.fr
http://monsite.de
http://monsite.es

Et chacun de ces sites sera hébergé dans le pays ciblé : le site français sera herbégé sur un serveur français, le site espagnole sur un serveur espagnol et le site allemand sur un serveur allemand.

Avantages :

+ Des sites bien distincts avec chacun une stratégie SEO propre au pays cible

+ Une solution très claire pour l’internaute avec des urls propres

+ Chaque site est hébergé dans le pays cible : plus rapide, meilleur SEO

Inconvénients :

Un coût plus important : il faut créer de nombreux sites avec chacun un certificat SSL, un hébergement, etc.

Une gestion plus difficile

2) Un sous-domaine par pays

Afin de bien séparer les différentes langues au sein d’un même site, il est possible de diviser votre site web en sous-domaines. Encore une fois, admettons que j’ai un site nommé « monsite » et que je souhaite une version française, allemande et espagnole :

http://fr.monsite.com
http://de.monsite.com
http://es.monsite.com

Ici, la solution est un site unique mais divisé en dossiers dès le début de l’arborescence, avec un dossier par langue qui contiennent chacun une version du site.

Avantages :

+ Un seul domaine à gérer

+ Une solution plutôt claire pour l’internaute avec des urls propres

Inconvénients :

 Aucune extension géographique dans l’url

 Pas d’hébergement dans le pays cible

3) Un sous-répertoire par pays

C’est la solution la plus communément utilisée, très proche de la solution en sous-domaines. La différence est qu’ici, les langues sont identifiées dans des sous dossiers. Il y a donc le site web, au sein duquel des pages sont réparties dans des sous-dossiers, avec un sous-dossier par langue.

http://monsite.com/fr
http://monsite.com/de
http://monsite.com/es

Avantages :

+ Un seul domaine à gérer

Inconvénients :

 Aucune extension géographique dans l’url

Pas d’hébergement dans le pays cible

Des urls assez longues et parfois confusantes

Gérer le référencement multilingue au sein du code

Une fois la question du choix du domaine et de hébergement web réglé, il est temps de s’intéresser au contenu des pages en elles-même. Concrètement, qu’est-ce qui permet à Google d’identifier correctement la langue d’une page web et de la référencer correctement ?

Le contenu

Bien entendu, le contenu de la page doit avoir été traduit. Mais attention : aucune traduction approximative n’est autorisée : le contenu doit être traduit par un natif dont c’est la langue maternelle. La raison à cela est la capacité de Google à évaluer la richesse lexicale d’un texte.

Les balises de contenu et urls

Les balises titre, meta description, la balise alt des images et l’url doivent être traduites. C’est essentiel et de nombreux sites l’oublient, notamment pour l’url.

Normalement, ces éléments sont suffisants pour permettre à Google d’identifier la langue d’une page. Cependant, une mesure supplémentaire consiste à renseigner dès le début de la page, au sein du code, la balise « lang » :

<html lang="fr">

Cette balise donne explicitement à Google la langue dans laquelle le contenu de la page a été rédigé.

Vous pouvez également, en ultime recommandation, insérer une balise link rel=canonical (ou encore url canonique) afin d’assurer à Google que cette page est bien la page principale et pas un doublon.

Les balises hreflang

Vous avez forcément déjà entendu parler de ces balises, car c’est l’une des clefs principales d’un référencement multilingue réussi.

Mais qu’est-ce que c’est et comment se servir des balises hreflang ?

balise hreflang

C’est assez simple. Admettons que je possède une page en français sur laquelle je vends des sacs à main rouges. Je possède également deux déclinaisons de cette page dans des langues différentes : une allemande et une espagnole. J’ai donc trois pages, dans trois langues, qui sont identiques.

Afin d’éviter les contenus dupliqués (très pénalisants pour le SEO) et indiquer à Google qu’il s’agit bien de la même page, mais dans trois langues différentes, je fais appel à la balise hreflang.

La balise hreflang indique à Google la langue de la page, ainsi que les déclinaisons de cette page dans d’autres langues.

Sur ma page française, j’aurais trois balises hreflang : l’une qui pointe vers la page en elle-même (indiquant à Google qu’il s’agit d’une page française), une balise qui pointe vers la version allemande et une vers la version espagnole. Ce qui donne :

<link rel="alternate" hreflang="fr" href="http://monsite.fr"/>
<link rel="alternate" hreflang="de" href="http://monsite.de"/>
<link rel="alternate" hreflang="es" href="http://monsite.es"/>

Voilà comment on peut correctement créer et référencer un site multilingue. Chez acti, nous prenons particulièrement à cœur l’optimisation de nos sites web et leur référencement, nous pouvons donc vous accompagner dans votre projet.

N’hésitez pas à passer nous voir à l’agence pour en discuter autour d’un café :)

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Comment référencer son site grâce au contenu SEO ?

Par Pierre, le mercredi 15 Mar 2017 dans E-Marketing

contenu seo

contenu seo

Qu’est-ce qu’un contenu SEO bien optimisé, pourquoi est-ce important et comment doit-on s’y prendre ? Quelles sont les bonnes méthodes et les bons outils pour créer du bon contenu ?

1) Trouver les bons mots clés pour votre contenu SEO

Nous recommandons de choisir un seul mot clé principal par page. Un mot clé peut être constitué de plusieurs mots pour former une requête. C’est alors une « longue traîne ».

Les longues traînes drainent moins de trafic que les mots clés plus courts, mais la compétition est plus faible. De plus, le trafic sera généralement qualifié car la requête est précise.

Pour faire simple : si j’ai un blog de cuisine, je vais créer une page « cookies faciles en 5 minutes ». C’est une longue traîne et donc c’est un bon mot clé. Alors que « cuillère », « fourchette, « bain marie », « nourriture », « blog » sont de mauvais mots clés car ils sont trop vagues.

cookie pour contenu seo
La magie du SEO

Où trouver les bons mots clés ?

De nombreux outils sont disponibles gratuitement sur internet pour vous accompagner dans votre choix.

Tinysuggest logoÜbersuggest était un très bon outil avant qu’il ne disparaisse. Aujourd’hui, pour le remplacer, je suggère Tinysuggest.com qui fonctionne également très bien. Cet outil liste pour vous les « Google suggests » correspondant à une requête. C’est un bon moyen de construire une première liste, mais sans les volumes ni la compétition associés.

 

logo webrankinfoMoins connu mais très pratique, ce petit outil proposé par Webrankinfo.com permet de créer des listes de requêtes en mélangeant des mots que vous lui donnez. Mais encore une fois, aucune visibilité sur la qualité de la requête.

 

logo adwordsIndispensable. Bien que l’outil soit d’abord destiné aux campagnes Adwords, c’est bien l’outil de planification de mots clés qui permettra la plupart du temps d’évaluer rapidement le niveau de recherche des requêtes sur Google. 

2) Évaluer la compétition des mots clés

Pour référencer son site grâce au contenu SEO, il faut sélectionner la bonne requête que nous glisserons dans le titre de notre page et dans notre contenu.

Pour évaluer la compétition sur les potentiels mots clés que nous avons sélectionné, nous déconseillons d’utiliser l’outil de planification d’Adwords. En effet, la compétition indiquée concerne uniquement les annonces payantes et pas la compétition sur les mots clés destinés au référencement naturel.

aperçu adwords
Cette colonne ne vous aidera pas dans votre stratégie de contenu SEO

Notre suggestion :

Nous recommandons d’utiliser directement la recherche Google en tapant :

intitle:« votre requête »

La recherche vous donnera alors tous les résultats qui contiennent « votre requête » dans leur titre de page. En fonction du nombre de recherche, à vous d’évaluer la compétition et vos chances d’arriver en première position.

3) Insérer votre mot clé principal dans les balises

Lorsque vous avez identifié un mot clé principal type longue traîne avec de nombreuses recherches et une faible compétition, vous devez l’insérer à plusieurs endroits stratégiques de votre page. En effet, lorsqu’un moteur de recherche analyse votre page, certains éléments ont beaucoup d’importance à ses yeux.

Le titre de votre page :  Le titre de votre page, renseigné dans la balise <title> est essentiel. C’est le titre qui apparaîtra par défaut dans l’onglet de la page et dans les résultats de recherche. Il doit contenir le mot clé dès le début, faire idéalement moins de 600 pixels de large et décrire le contenu de la page.

L’url de la page : Elle doit également contenir le mot clé principal de la page et être lisible pour l’internaute (éviter http://monsite.com/lo12pokcj2365lolxcwxcw)

Le titre de votre contenu (H1) : Également essentiel aux moteurs de recherche, c’est le titre de votre contenu, de votre article.

Les plus avertis d’entre vous auront reconnu ici la fameuse triplette du bourrin. Pour être un peu plus fin, n’hésitez pas à travailler les co-occurences plutôt que d’insérer le mot clé directement.

La meta description : même si les moteurs de recherche ne la lisent plus, elle doit contenir le mot clé afin que ce dernier s’affiche en gras dans les résultats de recherche et optimiser le taux de clic. Elle doit décrire le contenu de la page à l’internaute et lui donner envie d’en savoir plus.

Exemple contenu seo
Exemple pour la recherche « Recette cookie facile et rapide »

Des outils comme le Snippet Optimizer de SEOmofo peuvent vous aider à visualiser l’aperçu de votre site dans les résultats de recherche.

4) Rédigez votre contenu SEO optimisé : notre top 5 des recommandations

1. Pour être efficace, une stratégie de contenu SEO implique de produire du contenu de façon régulière. Nous vous invitons à consulter notre top 4 des raisons de publier du contenu régulièrement pour en savoir plus.

2. Nous recommandons des contenus de minimum 300 mots, mais idéalement un article doit contenir plus de 1500 mots. 

3. L’algorithme de Google est dorénavant assez puissant pour saisir tout le champs lexical d’une page. Vous n’êtes donc plus obligé de répéter sans cesse le mot clé dans vos contenus, même si une récurrence de mot clé d’environ 3% reste recommandée.

4. La hiérarchisation des contenus est indispensable : utilisez des titres ! N’utilisez qu’un titre <h1> unique, mais divisez votre contenu en sous-titres.

hierarchie titres
Un h1, plusieurs h2 et si possible des h3

5. Produisez du contenu de qualité. Ne pensez pas « moteur de recherche », gardez en tête l’intérêt des internautes. Votre contenu doit être pertinent, utile, avec du fond et de la forme. La qualité prime sur la quantité.

Il existe bien entendu une infinité de recommandations pour rédiger du bon contenu SEO. Si ces 5 recommandations sont respectées, alors vous aurez déjà une bonne base pour progresser de façon plus pointue.

5) Pensez aux balises alt de vos images

Dernière suggestion : remplissez les balises alt (ou alternatives) de vos images. En effet, les moteurs de recherche tels que Google sont aujourd’hui incapables de « voir » les images, ils lisent donc cette balise alt afin de la référencer.

Oui, encore des cookies.
Oui, encore des cookies.

Les images référencées apparaissent bien-sûr dans Google images, mais également dans les résultats de recherche, ce qui constitue une source de trafic non négligeable !

Et voilà, vous savez maintenant comment référencer son site grâce au contenu SEO ! Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à venir manger un cookie avec nous :)

Commenter cet article Voir les commentaires (4)

E-réputation d'une entreprise avec Google

Par Pierre, le mardi 8 Nov 2016 dans E-Marketing

La gestion de l’e-réputation d’une entreprise est devenu un paramètre essentiel et indissociable de toute bonne stratégie web. Certaines entreprises en font même leur priorité numéro 1 et les retombées sont sans appel : ça fonctionne. Très bien même.

Mais encore faut-il le faire correctement.

Il existe de très nombreux outils en ligne pour gérer son e-réputation, nous avions d’ailleurs parlé il y a quelques mois. N’hésitez pas à retrouver notre article : e-réputation : quel outil choisir selon son budget ?

Mais saviez-vous qu’il était possible de gérer son e-réputation en n’utilisant que Google ? 

Mais comment améliorer l'e-réputation d'une entreprise grâce à Google ?
Tell me how!

D’accord, mais d’abord faisons une rapide remise à niveau.

1. Qu’est-ce que l’e-réputation d’une entreprise ?

De nombreux termes et définitions sur Internet tentent de d’expliquer l’e-réputation, souvent de façon assez complexe. Voici notre vision de l’e-réputation pour une entreprise : simple, claire et évidente.

Définition de l’e-réputation

L’e-réputation, c’est très simple : il s’agit de votre réputation sur la toile. On l’appelle parfois la web-réputation, la cyber-réputation, la réputation numérique, en ligne… Il s’agira toujours de la même chose : ce que pensent les gens de vous, l’opinion à votre sujet sur internet.

Cette réputation peut concerner un particulier comme une entreprise, mais il est généralement préférable de faire la distinction entre votre identité physique et morale, même si vous êtes micro-entrepreneur.

Comment se construit-elle ?

L’e-réputation est façonnée par deux acteurs :

  • L’entreprise : Le simple fait de posséder un site web, une page Facebook, une chaîne Youtube ou autre, suffit à créer une identité à votre entreprise. Cette identité doit être concrète, cohérente avec elle-même et faire écho à la présence physique de l’entreprise si vous n’êtes pas un pur player.
  • Les internautes : Votre identité aura beau être soignée, elle sera forcément associée à la perception que les internautes s’en font. Si les internautes la tournent en dérision, votre e-réputation en souffrira. Ils sont votre miroir, alors soignez votre image.

En résumé : la e-réputation est bâtie sur l’image de l’entreprise, mais surtout par son reflet renvoyé par la communauté internet. Cela peut sembler évident, mais beaucoup oublient ce dernier détail.

2. Faire votre propre audit avec Google

La première étape afin de gérer facilement l’e-réputation d’une entreprise avec Google consiste simplement à faire votre propre audit sur…. Google ! Et pourquoi Google ? Parce-que ce moteur de recherche possède 95% des parts de marché des recherches sur internet et qu’il y a de fortes chances que ce soit celui que vos clients utilisent.

La première approche

Cette première étape vous permettra d’avoir un premier aperçu de l’image que renvoie votre entreprise en vous mettant à la place d’un internaute curieux.

  1. Rendez-vous sur Google.fr
  2. Tapez simplement le nom de votre entreprise et lancez une recherche.

Prenez du recul et glissez-vous dans la peau d’un potentiel client qui vient de découvrir votre entreprise. Que donnent les premiers résultats ? Il y aura certainement votre site, bien-sûr, mais le reste ? Est-ce rassurant ? Qui parle de vous ? Est-ce positif ?

Recherche Google acti - Améliorer l'e-réputation d'une entreprise
Recherche Google pour l’agence acti

Conseil : vous pouvez mettre le nom de votre entreprise entre guillemets si celle-ci est composée de plusieurs mots, comme ceci : « votre entreprise ».

Explorer les onglets

Une fois votre premier tour d’horizon passé, vous pouvez explorer les autres onglets afin de compléter votre aperçu.

  • Images et Vidéos : n’hésitez pas à jeter un œil dans ces onglets, car ce sont des médias qui sont également indexés puis référencés par les moteurs de recherche.
  • Actualités : cet onglet est intéressant pour repérer les articles de presse qui parlent de votre entreprise.

Il n’est pas nécessaire d’explorer la totalité des pages de résultat proposées. Les clients n’iront que rarement au-delà des trois premières pages.

Utiliser les filtres avancés

Afin d’obtenir des résultats plus précis, vous pouvez également affiner votre recherche en utilisant les Outils de recherche :

Outils de recherche Google - Améliorer l'e-réputation d'une entreprise
Outils de recherche Google

Conseil : Utilisez le filtre « Dates » et sélectionnez uniquement les résultats sur les 6 derniers mois.

3. Pister les avis grâce à Google

La fonction de recherche de Google est un excellent outil pour la gestion de l’e-réputation d’une entreprise car elle permet de pister les détracteurs et les influenceurs distraits.

Poursuivre les détracteurs

Lors de votre tour d’horizon, vous avez peut-être isolé une ou deux personnes particulièrement mécontentes qui se sont plaintes sur plusieurs sites au sujet de votre entreprise. Ce sont des détracteurs : des clients insatisfaits dont le but est de nuire à votre réputation en faisant le plus de bruit possible.

Pister les détracteurs - Améliorer l'e-réputation d'une entreprise
Rick & Marty

Pour les repérer, c’est assez simple : vous pouvez simplement taper leur pseudo entre guillemets sur Google. Vous découvrirez alors les réceptacles de leur haine et prendrez conscience de l’éventuelle ampleur des dégâts.

Les solutions pour les contacter peuvent être multiples : si ces détracteurs se plaignent sur les réseaux sociaux ou forums et que vous êtes à l’aise avec les codes d’internet, vous pouvez leur répondre publiquement et jouer avec l’humour. Bouygues en a même fait sa marque de fabrique :

Si vous n’êtes pas à l’aise, contactez simplement les détracteurs par message privé et essayez de résoudre le problème avec eux.

Relancer les influenceurs

Pour faire simple, un influenceur est une personnalité reconnue dans un milieu et suivie par une communauté. Il peut s’agir d’une blogueuse mode, d’un testeur de jeux vidéos, d’une podcasteuse de cuisine, etc.

La gestion des influenceurs qui exercent dans le même milieu que votre entreprise est un paramètre essentiel (voir indispensable !) dans une stratégie de relation presse web et de gestion de l’e-réputation d’une entreprise. Pourquoi donc ?

  • Leur avis compte : ils sont suivis par une importante communauté de potentiels clients. Cette communauté a confiance dans le discours de l’influenceur. S’il annonce que votre produit est mauvais, alors votre e-réputation va prendre un sacré coup.
  • Ils peuvent vous aider : si les influenceurs sont capables de ruiner l’e-réputation d’une entreprise, ils sont également capables de la faire grimper en flèche. À vous de les contacter pour leur présenter vos produits, votre concept, leur proposer une rencontre, une interview… Provoquez la chance d’apparaître dans leur blog / site.

Mais qui sait, certains d’entre eux parlent peut-être déjà de vous ? Pour le savoir, tapez le nom de votre entreprise entre guillemets sur Google et épluchez quelques pages. Certains article élogieux ne contiennent peut-être pas encore de liens vers votre site. Il vous faudra alors contacter les auteurs, car les liens qui pointent vers votre site sont très importants.

Pourquoi les liens entrants sont-ils si importants pour l’e-réputation d’une entreprise ? La gestion de l’e-réputation d’une entreprise passe aussi par la popularité de son site auprès des moteurs de recherche, notamment Google. Et Google, malin qu’il est, se réfère notamment au nombre et à la qualité des liens externes qui pointent vers votre site afin de faire ses calculs et déterminer si oui ou non il va vous faire confiance.

4. Gérer votre page Google My Business

Une page Google My Business est un petit encart qui apparaît dans les résultats de recherche lorsque le nom d’une entreprise / marque / association / autre y est recherchée.

Google My Business acti - Améliorer l'e-réputation d'une entreprise
Encart Google My Business de l’agence acti

Une page Google My Business est un atout dans la gestion de l’e-réputation d’une entreprise, car :

  • Elle permet de gagner en visibilité
  • Elle offre la possibilité de communiquer ses horaires, son adresse et son numéro de téléphone
  • Les avis y sont partagés et l’entreprise peut y répondre directement

5. Utiliser Google comme outil de veille

Enfin, la gestion de l’e-réputation d’une entreprise oblige à rester informé en permanence de ce qu’on dit de vous: quels articles sont postés sur le web en citant votre nom ?

Utiliser Google Search

Il s’agit simplement d’utiliser la recherche Google classique. Efficace, gratuite, cette solution a l’inconvénient de prendre énormément de temps et vous empêche d’être réactif.

Utiliser les Google Alertes

Google Alertes - Améliorer l'e-réputation d'une entreprise
Google Alertes : un outil simple et pratique

Déjà bien plus pratique, les Google Alertes vous informent à une fréquence que vous avez déterminé lorsqu’un (ou des) articles sont parus en citant le nom de votre entreprise.

Essentielles pour la gestion de l’e-réputation d’une entreprise, les Google Alertes sont généralement accompagnées d’autres outils de veille que nous vous invitons à retrouver dans notre article : e-réputation : quel outil choisir selon son budget ?

Et vous, connaissez-vous d’autres astuces pour améliorer l’e-réputation d’une entreprise en n’utilisant que Google ? Qu’avez-vous pensé de cet article ? 

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Rechercher