acti, agence web lyon

Le Blog

SEO – 4 raisons de publier du contenu régulièrement

Par Geoffroy, le jeudi 7 Jul 2016 dans Think business

Publier du contenu régulièrement est une action très importante si vous gérez un site web.

Vous le devinez peut-être, cela permet de nourrir votre communauté, les visiteurs qui sont intéressés par ce que vous produisez. Mais ce n’est pas tout. Il y a aussi le référencement (ou SEO pour Search Engine Optimization), qui permet à de nouveaux visiteurs de vous découvrir sur les moteurs de recherche !

Voici 5 arguments SEO très concrets pour vous convaincre (vous et/ou vos collègues) de publier régulièrement du contenu. Vous allez le voir, les vertus sont nombreuses.

creation-de-contenu

1 – Pour être présent sur les mots-clés en lien avec mon activité

La création de contenu et plus particulièrement sous forme de texte est la solution la plus naturelle pour remonter dans les moteurs de recherche sur un mot-clé précis (j’ai bien dit « naturelle », pas « miracle »).

C’est le principe même du fonctionnement des moteurs de recherche

Ils sont capables de lire et de « comprendre » le contenu d’une page web et de déterminer quel mot-clé est le plus présent / valorisé sur une page. En revanche, ils sont incapables de comprendre la signification d’une image.

Autrefois (il y a déjà plusieurs dizaines d’années), les moteurs de recherche fonctionnaient essentiellement grâce aux données présentes dans les balises utilisées pour le SEO comme la balise meta « keywords », la balise « title » ou les autres balises de titres « h2, h3 ». Les moteurs de recherche n’avaient pas encore pas la capacité de « comprendre » un texte. Au mieux, ils étaient capables de repérer des récurrences. Si un mot apparaissait plusieurs fois sur une même page, cette page avait plus de chances d’être référencée sur ce mot-clé. Mais globalement, il s’agissait plus d’indexation que de référencement au sens où on l’entend aujourd’hui (classement des résultats par pertinence).

Il suffisait donc de renseigner quelques mots-clés dans ce type de balises et le tour était joué. Lorsqu’un internaute recherchait « recette gâteau au chocolat », les moteurs de recherche proposaient avant tout les pages dont le mot-clé « recette gâteau au chocolat » était renseigné dans ces fameuses balises. C’était plutôt simple, lorsqu’il n’y avait encore pas trop de concurrence.

Aujourd’hui, les choses ont bien évoluées (sans parler de la concurrence)

Les moteurs de recherche ont dû s’adapter aux… spammeurs. Car en effet, il y eut énormément de tentatives (réussies) de manipulation de la part des webmasters et autre pionniers du référencement « naturel ».

Downloader Internet

Exemple de tentative de manipulation typique du début des années 2000

Je vends des modems 56k et je sais que la requête « Moi lolita » est très recherchée. Je vais donc renseigner « Moi Lolita » dans les balises « meta keywords » et « title » de ma page d’accueil et répéter plusieurs fois cette expression dans ma page. Avec quelques liens d’autres sites menant vers ma page (qu’on appelle backlinks), je vais pouvoir facilement générer du trafic sur mon site qui vend des modems 56k. Logique.

Mais ce type de comportement a tendance à mettre en rogne les Google de ce monde. Ainsi que leurs utilisateurs. Car en tant qu’utilisateur, je n’ai pas envie de tomber sur un site qui vend des modems lorsque je recherche « Moi Lolita » sur Google. Or il faut bien garder en tête que le principal objectif d’un moteur de recherche est de satisfaire ses utilisateurs (pas les sites Internet) en proposant les résultats les plus pertinents possibles sur une requête donnée. Car sinon, ils s’en iront chez le concurrent Yahoo !, MSN, ou Bing.

Depuis, la cellule anti-spam de Google a nettement évoluée. Aujourd’hui, n’essayez pas de reproduire ce type de méthodes archaïques au risque de voir votre site pénalisé par Panda. Si vous n’avez jamais entendu parler de ce filtre, il s’agit justement d’un algorithme développé par Google pour repérer ce type de manipulation en décelant les contenus de faible qualité (peu de texte, contenu dupliqué, spam, cloaking, content spinning et autres merveilles littéraires).

Donc, si vous voulez vous positionner sur un mot-clé stratégique, ne jouez pas au plus malin avec Google, suivez les règles et donnez-lui ce qu’il recherche : du contenu créé pour satisfaire l’utilisateur, pas pour le berner. Normalement, il vous le rendra bien.

 

2 – Pour améliorer la reconnaissance sémantique de mon site

Nous venons de parler de mots-clés. Mais les moteurs de recherche deviennent de plus en plus complexes, de plus en plus « intelligents ». Aujourd’hui un mot-clé, ce n’est un plus suffisant. En 2016 on parle de sémantique (un peu). Même si cela ne date finalement pas d’hier.

Comment un moteur de recherche peut vous proposer ce type de résultats quand vous recherchez « tiger woods » ?

resultats-tiger-woods-google

En toute logique, il devrait nous ressortir un mélange en ça (et ça) :

resultats-tiger-google
resultats-wood-google

Et vous auriez surement fini là-dessus, avant d’abandonner définitivement :

resultats-tigre-bois-google

 

Et bien, si vous utilisez toujours Google (comme 93.37% des français) : c’est en partie grâce à la sémantique.

Les moteurs de recherche, et Google particulièrement, sont de plus en plus à même de comprendre le véritable sens d’un mot par rapport à un contexte. Google commence à comprendre que quand je dis « jouer de la batterie », je parle de l’instrument. Alors que quand je dis « je recharge ma batterie », je parle du niveau d’énergie. Donc par exemple, si vous avez un blog high-tech (un minimum optimisé pour le SEO), Google comprend que lorsque vous parler de batterie, vous ne parlez surement pas de l’instrument.

Je ne vais pas m’étendre sur le sujet car ce n’est évidemment pas aussi simple, mais sachez que les moteurs de recherche apprennent en permanence. On appelle cela du « machine learning » : ils s’améliorent en se basant sur l’analyse des textes et des comportements des utilisateurs (oui, ça peut faire penser à Matrix, ou à Terminator).

Si le sujet vous intéresse, sachez qu’on parle ici de RankBrain, un algorithme de Google basé sur « des méthodes d’intelligence artificielle et d’apprentissage automatique » d’après abondance.com.

Revenons aux champs lexicaux et leur avantage pour vous

Publier régulièrement du contenu sur une même thématique (via d’autres sous thématiques) favorise grandement l’interprétation d’un moteur de recherche pour un site web, un nom de domaine. Moins il y a de contenu, moins il aura de matière pour se faire une idée précise et fiable de la thématique, et moins vous serez crédible sur votre thématique. Au contraire, plus vous allez publier de contenus relatifs à un même thème, plus vous apparaitrez clairement aux yeux des moteurs de recherche comme étant une source qui traite de cette thématique. Et c’est plutôt une bonne chose quand on veut se faire une place dans les résultats de recherche (appelé dans le jargon SERP pour Search Engine Result Page) sur un secteur précis. Bien sûr, plus la structure et l’arborescence de votre site seront optimisées pour le SEO, plus les thématiques abordées seront compréhensible pour les moteurs de recherche.

Publier du contenu régulièrement permet donc de développer naturellement les champs lexicaux autour d’un sujet. Dans la même logique, l’utilisation de synonymes renforce aussi le « positionnement » d’une page autour d’une thématique donnée.

Rédiger régulièrement du contenu vous aidera donc à développer naturellement l’univers sémantique de votre site et impactera durablement son référencement. C’est un atout indéniable qui peut avoir des répercussions sur chacune des pages de votre site.

Bonus : pour voir ce qu’un robot peut comprendre d’un texte ou d’une page web, n’hésitez pas à jouer avec ce petit outil made-in France et fort sympathique : www.1.fr

 

3 – Pour améliorer l’expérience utilisateur en créant des liens internes sur mon site

On a vu que les liens externes étaient un critère de pertinence extrêmement puissant. Mais le maillage interne est lui aussi un point essentiel sur lequel il ne faut pas faire l’impasse.
A l’instar des liens externes, les liens internes transmettent eux aussi de la valeur.

Google utilise ce qu’on appelle le Page Rank pour classer les pages

Ce Page Rank est grosso modo une note qui varie de 0 à 10. Plus on se rapproche de 10, plus ce Page Rank est élevé, plus ma page a de l’importance. Personne ne connait le Page Rank de telle ou telle page, hormis Google. Or lorsque qu’une page A fait un lien vers une page B, elle lui transmet un petit peu de son Page Rank. On appelle cela le « linkjuice ». D’où l’importance d’avoir des liens de qualité, qu’ils soient internes ou externes d’ailleurs.

Publier régulièrement des contenus permet donc de créer tout aussi régulièrement des liens vers différentes pages du site. Cela peut être un bon moyen de booster les pages qui ont du mal à se positionner dans les moteurs de recherche.

Par exemple, j’aurais pu écrire un article de fond sur le métier de consultant marketing dans lequel j’aurais pu :

  • Expliquer en quoi consiste le job au quotidien
  • Lister les compétences nécessaires, les études, diplômes et écoles qui permettent d’acquérir ces compétences
  • Présenter les salaires moyens à Paris et en province et dans le monde
  • Interviewer différents consultants
  • Faire un historique montrant l’évolution du métier sur les 15 dernières années
  • Montrer les besoins du marché actuel et les tendances émergentes
  • Émettre des perspectives sur l’évolution du métier
  • Faire une infographie résumant le tout

Quand j’aurai fait le tour du sujet, je saurai que les champs lexicaux et autres synonymes auront été naturellement développé, que la thématique sera claire et facilement interprétable par les moteurs de recherches car très ciblée. Les mots-clés seront naturellement présents et ma page sera optimisée pour les moteurs de recherche.

Ainsi, je pourrai aisément glisser un lien vers une offre d’emploi pour le poste de consultant digital SEO/SEM au sein d’acti. 😉

La page qui présente l’offre aura gagné un lien supplémentaire. Certes ce lien reste interne, il n’aura pas la même « puissance » qu’un lien externe mais il aura le mérite d’être sémantiquement cohérent. De plus, un article a par nature plus de chance d’être relayé sur les réseaux sociaux, dans une newsletter voire d’être cité (et linké) sur d’autres blogs de la même thématique. Ayant fait des interviews, il y a aussi des chances pour que les interviewés fassent un lien sur leur blog et partagent mon article à leur réseau.

In fine cet article aura des chances de générer des backlinks sur la page de l’offre d’emploi, ce qui était mon objectif principal.

Publier des articles peut donc permettre d’optimiser de manière précise des pages spécifiques du site. Avec un planning éditorial bien ficelé, on peut booster le référencement de tout un site tout en restant cohérent et pertinent pour nos lecteurs.

 

4 – Pour que les modifications de mes pages soient rapidement prises en compte

Les crawlers (ou robots, ou spiders) sont des petits programmes informatiques utilisés par les moteurs de recherche pour visiter et indexer tout ce qu’il se passe sur le web. Ils se déplacent grâce aux liens et copient le code html des pages pour les stocker sur des serveurs dédiés. À titre d’information, les GoogleBots crawlent environ 10 milliards de sites par jour. Au moins maintenant, vous savez. C’est grâce à eux que votre site et son contenu sont indexés par les moteurs de recherche.

robot-toy-grey-first-plane

Publier du contenu régulièrement va inciter les crawlers à revenir plus souvent sur votre site

Pour les moteurs de recherche, un site qui met régulièrement son contenu à jour est un site qui vit. Or un site qui vit, c’est un gage de qualité.

Les scrawlers vont donc logiquement revenir en fonction de la fréquence de mise à jour de vos pages. Un site d’actualité comme celui d’un grand quotidien verra plusieurs crawlers par jour, voire plusieurs par heure. Or un site qui publie un article de blog tous les mois se fera visiter tous les mois.

Donc, si vous voulez faire en sorte que toutes vos modifications (nouvelle page, nouvel article, nouveau produit, nouveaux mots-clés etc.) soient rapidement prises en compte par les moteurs de recherche, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Dans mon prochain article, je parlerai d’une tactique SEO que vous avez besoin de connaître : le linkbaiting.

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Un pas de plus pour la qualité web avec la certification Opquast

Par Marie, le jeudi 9 Jun 2016 dans Inside acti

Depuis tout récemment, je suis « Opquast certified » : mais qu’est-ce-que ça veut dire ?

Laissez-moi vous parler du projet Opquast : Open Quality Standards !

 

Opquast Certified

 

Au départ était… le livre : « Qualité web, les bonnes pratiques pour améliorer vos sites« .

Conçu comme un référentiel et rédigé par un groupe de professionnels du web, il aborde, de manière transversale, les différents points-clés de la qualité d’un site. En effet, de la conception au référencement, du design à la performance, chaque étape de production d’un site joue un rôle sur sa qualité finale.

Le point central, c’est la prise en compte du contexte de l’utilisateur final : la personne naviguant sur le site va-t-elle trouver ce qu’elle est venue chercher, lui donne-t-on accès aux contenus et services dans les meilleures conditions possibles, instaure-t-on une relation de confiance avec elle ?

C’est en effet tout cela qui pourra l’inciter à réitérer l’expérience, passer une commande, recommander l’entreprise ou ses services… en bref, répondre aux objectifs de l’entité déployant le site, mais aussi à ceux de l’utilisateur final, et ainsi faire fructifier la relation entre les deux parties.

C’est donc assez naturellement que les bonnes pratiques se sont élargies jusqu’à devenir un écosystème de la qualité web, Opquast : checklists, outils d’audit et de vérification… et une certification.

plateforme

Ainsi, Opquast certified atteste de la maîtrise du sujet chez les professionnels, avec différents niveaux selon le score obtenu à l’examen.

Si vous êtes curieux, je vous invite à faire leur mini-quiz en 10 questions : cela vous donnera un aperçu des différentes thématiques abordées, et pourrait vous donner envie de faire la formation à votre tour ?

Pour ma part, j’ai trouvé qu’en tant qu’intégratrice et formée à l’accessibilité, je partais avec un solide bagage, à la fois technique et lié à l’expérience utilisateur.

Cependant, il me semble pertinent de justement sensibiliser les personnes qui ont encore peu abordé ces domaines : faire circuler les bonnes pratiques, et que tout intervenant puisse être ainsi proactif sur la qualité à chaque étape d’un projet.

Se concentrer sur son expertise métier mais avoir aussi les clés de la vision globale : c’est cette transversalité qui est nécessaire pour une approche pragmatique de la qualité des sites web !

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Pourquoi choisir Drupal ?

Par Damien, le mardi 17 May 2016 dans Think business

Drupal, ce mot vous dit vaguement quelque chose ? Vous souhaitez en savoir plus ? Ne cherchez plus vous êtes au bon endroit ! Aujourd’hui, l’équipe technique d’acti vulgarise pour vous les rouages d’un outil très utilisé dans de nombreux sites web : Drupal.

Drupal-lego

Les origines

Drupal a vu le jour en 2001, Dries Buytaert, fondateur et développeur du projet qualifie lui-même sa création comme « un assembleur rapide de site web ». Depuis son lancement, Drupal n’a cessé de séduire et de s’améliorer au fil des versions. La plate-forme a même été récompensée de nombreuses fois par le prix du meilleur CMS open source

Le terme CMS « Content Management System » signifie littéralement Système de Gestion de Contenu. Il peut être perçu tel un ensemble d’outils permettant la conception et la mise à jour dynamique de site internet.

L’arrivée de la version 7 en 2010 a été une révolution dans le monde des CMS. Plus simple d’utilisation et plus éclectique, Drupal a connu un essor important depuis cette version. Depuis novembre 2015 et l’arrivée de la version 8 de Drupal qui s’articule maintenant sur le framework Symfony 2 (dont nous vous avions parlé ici) l’engouement pour Drupal ne cesse de croître.

Les avantages de Drupal

Drupal permet de créer des applications web, principalement des sites Internet, mais aussi des intranet/extranet.

Le grand intérêt de Drupal est qu’il permet de réaliser des sites complexes sans avoir à recréer à chaque nouveau projet les fonctionnalités basiques. Cela permet de se concentrer sur d’autres éléments essentiels que sont l’ergonomie, le design et le référencement.

Si l’on compare Drupal à un développement « custom » : Drupal sera la plupart du temps l’option la moins chère et la plus rapide, avec une meilleure capacité de maintenance, si une page ne vous convient plus ou si des modifications ou mises à jour sont nécessaires. 

Les inconvénients de Drupal

La lourdeur : de par sa souplesse et son évolutivité, Drupal peut parfois être gourmand en ressources. Il peut ne pas convenir à certains hébergement low cost.

Apprentissage : la courbe d’apprentissage de Drupal est plus longue que celle de ses concurrents. Ceci est notamment dû à une interface d’administration qui n’est pas reconnue pour son intuitivité.

Complexité : la solution Drupal peut être disproportionnée pour des sites simples de quelques pages par exemple

Une valeur sûre

Voici quelques exemples de sites utilisant Drupal à ce jour (8% des 100 000 sites plus fréquentés au monde en 2015) :

Drupal est-il fait pour mon projet ?

Le choix de la technologie d’un projet ne devrait pas être déterminé par les affinités individuelles des personnes amenées à l’utiliser.

Chaque projet est unique et dispose de fonctionnalités qui lui sont propres. Avant de lancer un projet, vous devez vous poser les bonnes questions : quelle est l’envergure ? Quels sont les besoins métiers (e-commerce, blog, intranet, etc.) ? Mon projet sera-t-il amené à évoluer ?

N’hésitez pas à lire notre article « Créer un site Internet : quels sont les réflexes à avoir » si vous souhaitez en savoir plus sur cette étape préliminaire importante.

Car il n’existe pas de formule miracle pour déterminer si Drupal est un bon choix pour votre projet : cela dépend des nombreuses caractéristiques qui entourent votre projet.

Commenter cet article Voir les commentaires (2)

Rechercher