acti, agence web lyon

Le Blog

acti écoute - Hélène

Par Alexandre, le vendredi 17 avr 2015 dans Inside acti

Si vous avez déjà eu l’occasion de passer dans nos locaux, vous aurez surement remarqué qu’une large majorité des têtes qui dépassent des bureaux sont aussi surmontées d’écouteurs : nous écoutons énormément de musique. Chaque semaine, un membre de l’équipe vous partage sa playlist en 10 morceaux. acti écoute : Hélène, intégratrice.Playlist-Christophe Keep Calm and Focus by Hélène on Grooveshark

Pourquoi cette playlist :

J’ai pioché ces morceaux dans la playlist que j’écoute régulièrement quand j’ai besoin de m’isoler dans une bulle et de faire abstraction des distractions pour avancer sur un projet. On navigue entre du trip-hop et du post-rock, place aux expérimentations musicales et aux montées en intensité au fil des morceaux….

Sam – Massive Attack

On commence en douceur avec un morceau de Massive Attack, un grand classique du trip-hop, comme une légère ritournelle…

A Necessary End – Saltillo

Parce que j’aime le mélange des genres, et les morceaux qui « vivent », on enchaîne avec Saltillo qui joue avec les sons et les instruments, on commence par un air de violon lancinant avant de monter en intensité tout au long du morceau.

We Have A Map Of The Piano – Múm

J’aurai pu faire une playlist #Islande tellement j’aime la musique venue tout droit de ce petit pays. Il y a une richesse dans les sons utilisés, les jeux de vocalises, les expérimentations musicales… Múm en est un très bon exemple. Envoûtant et apaisant, de longues plages mélodiques simples et planantes…

Finding beauty – Craig Armstrong

Tout l’album “As If To Nothing“ aurait sa place ici.

Je ne m’en lasse jamais. Parfait à écouter quand il pleut, un thé fumant à proximité, penché sur un nouveau projet…

Your Hand in Mine – Explosions in the sky

Ça pourrait être une BO de film mais ça ne l’est pas. Le morceau démarre tranquillement et alterne phases calmes et moments plus intenses…. une agréable explosion musicale.

Roads – Portishead

Un autre classique du trip hop, tout doux et envoûtant à la fois… magique non ?

Asinn – Amiina

Amiina, c’est le quatuor à cordes qui joue avec Sigur Ros pour les connaisseurs. On retrouve les expérimentations musicales chères aux groupes islandais que j’affectionne.

Worth Everything ever Wished For – The End of the Ocean

On poursuit avec ce groupe canadien, avec qui on balance entre le rock et l’instrumental, un mélange de genres et de fait-maison…

Deesh – Mogwaï

Avec Mogwaï, ça commence toujours par une simple ligne de basse ou de guitare, tranquille… puis ça monte doucement !

Lights

L’un des meilleurs morceau d’Archive ?

18 minutes d’ascension musicale, alternant moments planant jusqu’au lâcher-prise et à l’explosion !

Quand écoutes-tu cette playlist :

C’est la playlist que j’écoute au travail ou à la maison quand je code. Très peu de paroles pour éviter de se déconcentrer, surtout de l’instrumental, du planant…

Sur quels projets je travaille en ce moment :

Je travaille sur l’intégration des éléments graphiques et interactifs du site de TLM, un site grand public qui rend disponible en ligne les vidéos de la télévision locale de Lyon.

Pour écouter les précédentes playlist :

Christophe – La playlist entropique

Marie – La playlist « covers »

Jonathan – La playlist listen & repeat

Kévin – La playlist 16:9

Sébastien – La playlist « Occult »

Isabelle – La playlist « slow down »

Jordan – La playlist poseyyyy

Alexandre – La playlist chillout

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Une introduction à l'accessibilité du web

Par Marie, le mardi 14 avr 2015 dans Acti aime

Savez-vous ce qu’est l’accessibilité du web ?
Si oui, c’est une bonne nouvelle ! Et dans le cas contraire, voici de quoi l’apprivoiser…

3588354009_9c85f3a58a_z

En quoi ça consiste ?

En étant très succinct, on peut dire qu’un site accessible est un site dont l’ensemble des contenus mis à disposition est consultable par tous les internautes.

Pour comprendre ce que cela implique, voyons plus en détail les 4 grands principes de l’accessibilité du web :

  • perceptible : le contenu doit être correctement restitué pour pouvoir être vu, lu ou entendu;
  • utilisable : les différentes actions doivent être réalisables peu importe les moyens de consultation, sans limite de temps, et sans perturbations;
  • compréhensible : le contenu doit être intelligible, les interactions cohérentes et prévisibles, et l’utilisateur guidé pour éviter des erreurs;
  • robuste : le contenu doit être compatible avec les différentes technologies de consultation, actuelles et futures.

Ainsi, le contenu et la navigation doivent être accessibles à l’utilisateur, indépendamment des moyens dont celui-ci dispose.

Qui est concerné ?

L’accessibilité est importante en premier lieu pour les personnes handicapées, puisque ce sont elles qui rencontrent le plus d’obstacles à la navigation.

On classe généralement les handicaps en 4 catégories : auditif, cognitif/neurologique, moteur, et visuel.
Les difficultés rencontrées lors de la navigation sont différentes selon chaque catégorie, mais aussi selon le niveau de handicap, et les technologies d’assistance utilisées.

En effet, il existe des outils qui facilitent la vie des personnes handicapées sur l’outil informatique. Pas forcément créés pour cet usage à l’origine, ils sont néanmoins facilitateurs d’accès.
Sans être exhaustif, on peut citer :

  • les lecteurs d’écrans, logiciels restituant (lisant) le contenu des pages via une synthèse vocale
  • la navigation au clavier
  • les dispositifs de pointage autres que la souris : joystick, trackball, headstick, …
  • les outils de personnalisation de l’affichage : taille de texte, couleurs, espacement, …
  • les systèmes d’aide contextuels : correcteur orthographique, favoris, historique, …

Mais tout cela ne suffit pas, si les sites ne prennent pas en compte le large éventail d’utilisateurs et de technologies de consultation.

Ainsi, une page trop longue pourra être un obstacle pour une personne aux troubles de la concentration, mais également pour un malentendant qui maîtrise moins bien la lecture, ou un handicapé moteur qui navigue au clavier.
Autre exemple, le mouvement d’un carrousel automatique pourra perturber fortement la lecture d’un handicapé cognitif, mais également empêcher un handicapé moteur de sélectionner l’élément qui l’y intéresse, faute de temps.

Il est difficile de s’appuyer sur des chiffres pour estimer le nombre de « victimes principales de l’inaccessibilité » : en effet, selon les niveaux de handicaps pris en compte, l’écart peut être très grand… Sans oublier qu’on peut aussi inclure toutes les personnes confrontées à une palette très variable de ces handicaps : les personnes âgées, par exemple.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier les « handicaps contextuels » que tout le monde est amené à rencontrer (manque de luminosité, environnement bruyant, fatigue…) ainsi que le large éventail de périphériques utilisables pour consulter des sites internet.

Au final, l’accessibilité concerne tout un chacun : comme je le soulignais déjà dans ce compte-rendu, prendre en compte l’accessibilité, c’est faire attention à de nombreux points qui ont un impact pour tous.

Ainsi, sous-titrer une vidéo de conférence ou en donner une transcription textuelle, cela ne profitera pas seulement aux malvoyants ou malentendants, mais également à tous ceux qui ne voudront pas mettre un casque ou simplement préfèreront lire en diagonale pour se concentrer sur les parties qui les intéressent.
De même, garder une cohérence de présentation pour les éléments de navigation entre toutes les pages d’un site, ça n’est pas uniquement prendre en compte les utilisateurs avec des troubles de la compréhension ou ceux qui naviguent au clavier, mais aussi répondre à un besoin de logique pour tous.
Enfin, développer un site en conformité avec les standards et spécifications internationales, c’est faire en sorte que le contenu soit correctement restitué, et la consultation possible autant avec une souris qu’un clavier, un écran tactile ou tout autre dispositif de pointage actuel ou à venir.

Quel cadre pour l’accessibilité du web ?

L’accessibilité constitue un droit fondamental, que ce soit sur le web ou ailleurs, évoqué dans la Convention Relative aux Droits des Personnes Handicapées de 2006 : l’Organisation des Nations Unies y inclut le « refus d’aménagement raisonnable » dans les formes de discriminations fondées sur le handicap.

En France, on se réfère à la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.
Cette loi contient, entre autres, l’obligation d’accessibilité physique pour des lieux, mais également, dans l’article 47, « l’accessibilité des services de communication publique en ligne » :

L’accessibilité des services de communication publique en ligne concerne l’accès à tout type d’information sous forme numérique quels que soient le moyen d’accès, les contenus et le mode de consultation. Les recommandations internationales pour l’accessibilité de l’Internet doivent être appliquées pour les services de communication publique en ligne.

De quelles recommandations parle-t-on ?

Les 4 principes cités plus haut ne sortent pas de nulle part.
En effet, l’accessibilité du web a été définie en tant que telle par la WAI (Web Accessibility Initiative), que l’on pourrait traduire imparfaitement par « Initiative pour l’accessibilité du web ».
Ce groupe fait partie du W3C (World Wide Web Consortium), qui est une communauté internationale se chargeant de définir et faire évoluer les standards du web.

Depuis sa création, la WAI a produit un ensemble de recommandations pour l’accessibilité des contenus web, reconnues comme norme internationale ISO depuis 2012.
Ce document regroupe un grand nombre d’indications techniques très détaillées pour créer du contenu web accessible.

Au niveau français, il existe 2 référentiels principaux basés sur ces recommandations internationales. Ils offrent une grille d’analyse regroupée par thématiques, et permettent d’évaluer de manière pragmatique l’accessibilité d’un site, critère par critère.
Le premier est le référentiel Accessiweb, dont la dernière version prend en compte les standards HTML5 les plus récents, et le second est le RGAA, Référentiel Général pour l’Accessibilité des Administrations, créé suite à la loi de 2005.
Conçus chacun de leur côté, ils vont bientôt ne former qu’un seul référentiel : le RGAA 3.0, basé sur la dernière version d’Accessiweb. Ce nouveau référentiel est actuellement disponible dans une version ouverte à commentaires publics, en attendant sa publication officielle.

Comment rendre un site accessible ?

Une réponse courte serait : faire un audit du site par un expert du référentiel, et corriger ensuite ce qu’il y a à corriger. Cependant, cela serait très réducteur, car selon l’état du projet, la mise en œuvre peut être très complexe et avoir un impact non-négligeable.
Mais surtout, on passerait alors à côté de la problématique fondamentale : plus que rendre un site accessible, ce qui importe c’est que cette accessibilité soit maintenue sur la durée.

En effet, l’accessibilité web est intrinsèquement liée à divers aspects de la conception et de la maintenance d’un site : rédaction, design, code… Tous ces éléments ont leur rôle à jouer pour que l’ensemble des contenus soit accessible.
Pour être viable, il importe donc que l’accessibilité fasse partie du cœur des priorités tout au long de la vie d’un projet web, que ce soit lors de sa création, de l’ajout de contenu, ou des évolutions.

Pour aller plus loin

L’accessibilité du web est un sujet vaste et complexe, que je ne fais ici qu’effleurer.

Voici donc un échantillon de liens autour de la question :

À propos de moi

Intégratrice multimedia et Experte Accessiweb en Évaluation, je travaille actuellement sur le site d’un éditeur de logiciels pour l’hôtellerie et la restauration, et sur un tableau de bord de performance mécanique en ligne.

Crédits photo : Lachlan Hardy

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

acti écoute - Christophe

Par Christophe, le vendredi 10 avr 2015 dans Inside acti

Si vous avez déjà eu l’occasion de passer dans nos locaux, vous aurez surement remarqué qu’une large majorité des têtes qui dépassent des bureaux sont aussi surmontées d’écouteurs : nous écoutons énormément de musique. Chaque semaine, un membre de l’équipe vous partage sa playlist en 10 morceaux. acti écoute : Christophe, consultant en médias sociaux.Playlist-ChristopheCricri by Scander1005 on Grooveshark

Pourquoi cette playlist :

Parce qu’elle est mal rangée : elle regroupe à la fois mon groupe préféré (Queen), de la chillout lounge, du rap, de la musique du monde et de la musique classique. Un dosage méticuleux, une alchimie qui me plait, que je peux écouter à longueur de journée.

1) Queen – Who want to live forever

Je commence avec un incontournable, mon morceau préféré. Son live à Wembley en 1986 est selon moi le plus grand moment de musique de l’histoire, et c’est bien entendu un avis personnel.

2) Worakls – Porto

Un jeune prodige de la scène techno minimale française, qui donne envie de prendre la voiture et de conduire en campagne aride jusqu’au petit jour.

3) Les Loups – Must be Love

Une musique qui remue comme rarement, un joli mix entre de la disco et de l’électro, qui me donne envie de danser à chaque fois que je l’écoute.

4) Shook – Always

Nous avons tous un morceau qui nous colle à la peau depuis des années. Pour ma part, ce sont ces 7 minutes de chillout lounge.

5) À l’ombre du zénith

Si un bon rap ne peut être qu’un vieux rap (là aussi, avis personnel), Georgio est typiquement le contre-exemple. Son flow rappelle certains succès du milieu des années 90.

6) Youssoupha – On se connaît

Difficile à expliquer, mais j’aime beaucoup (et mes amis ne se gènent pas de me le rappeler dès lors que l’on parle de « mauvais goût musical »)

7) Sérgio Mendes – Mais Que Nada

Probablement le titre le plus célèbre interprété par Sergio Mendes, avec des tonalités jaunes et vertes et beaucoup de soleil intégrés.

8) Seu Jorge – Carolina

Un grand classique du chanteur brésilien Seu Jorge, qui donne envie de boire des cocktails dans une jolie villa en Amérique du Sud.

9) Buddha Bar – Banksii

Un morceau qui me déstresse quand rien ne va plus, qui transmet une émotion particulière bien que difficile à décrire, qui fait voyager.

10) The Piano Guys – The Cello Song

En tant que fan de classique, je ne pouvais pas n’en inclure aucune. J’ai finalement opté pour une version moderne, par les très talentueux Piano Guys.

Quand écoutes-tu cette playlist :

Lorsque je fais la cuisine (je déteste cuisiner en silence) ou au travail, en insistant sur des styles spécifiques selon mon humeur (et la nécessité d’accélérer ou de ralentir).

Sur quels projets je travaille en ce moment :

J’anime et dynamise la relation entre une marque de coiffure haut de gamme et les consommateurs sur les médias sociaux.

 

Pour écouter les précédentes playlist :

Marie – La playlist « covers »

Jonathan – La playlist listen & repeat

Kévin – La playlist 16:9

Sébastien – La playlist « Occult »

Isabelle – La playlist « slow down »

Jordan – La playlist poseyyyy

Alexandre – La playlist chillout

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Rechercher