acti, agence web lyon

Le Blog

acti écoute - Marie (2) : la playlist "ich liebe Deutschland"

Par Marie, le vendredi 13 Jan 2017 dans Inside acti

Si vous avez déjà eu l’occasion de passer dans nos locaux, vous aurez sûrement remarqué qu’une large majorité des têtes qui dépassent des bureaux sont aussi surmontées d’écouteurs : nous écoutons énormément de musique. Chaque semaine, un membre de l’équipe vous partage sa playlist en 10 morceaux. acti écoute : Marie, intégratrice.

Playlist-Marie-H-2

Pourquoi cette playlist :

Parce que j’ai une affection particulière pour Berlin, le pays et la langue allemande en général ! Et je me dis que ça peut faire changer de point de vue celles et ceux qui ont une vision réductrice de la langue et de la musique allemande…

17 Hippies : Adieu
Ce groupe propose une musique qui flirte avec les Balkans, ici sous forme de mélodie un peu plus tranquille.

Wir Sind Helden : Von Hier An Blind
De la pop malicieuse par ces « héros » (Helden).

Modeselektor feat. Miss Platnum : Berlin
Je ne pouvais pas ne pas mettre un peu de musique électronique dans cette playlist, avec cette collaboration du duo issu de l’underground berlinois.

Rammstein : Sonne
Un hymne au soleil par le célébrissime groupe de metal, avec une petite voix lyrique pour adoucir le tout.

Electrelane : In Berlin
Ce groupe féminin de rock anglais nous propose un petit morceau de Berlin en hiver, l’obscurité interminable et le froid, dehors.

Kurt Weill : Seeräuber-Jenny
Difficile de choisir dans l’oeuvre prolifique de ce compositeur du début XXème, alors voici un extrait de l’Opéra de Quat’Sous : la chanson de Jenny la pirate.

Bodi Bill : Tip Toe
Ce groupe berlinois mélange influences techno et indie pop, pour un résultat efficace.

Mia. : Was es ist
Basée en partie sur un poème d’Erich Fried, une déclaration d’amour à l’Allemagne qui fut très controversée à sa sortie.

Sophie Hunger : Walzer Für Niemand
La chanteuse suisse polyglotte offre un bel écrin à la langue allemande avec ses mélodies pop-folk.

Fettes Brot (mit Modeselektor) : Bettina, zieh dir bitte etwas an
Et pour finir, un peu d’animation avec ce hip-hop humoristique !

Quand écoutes-tu cette playlist :

Quand je suis prise de nostalgie pour l’Allemagne… ou simplement mélangée à d’autres titres éclectiques.

Sur quels projets je travaille en ce moment :

Je travaille sur l’accessibilité d’un site de consultants qui accompagnent le secteur public et les entreprises sur les mutations de l’action publique, des organisations et des territoires.

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Google Adwords : qu'est-ce qu'un bon taux de clic ?

Par Laëtitia, le lundi 9 Jan 2017 dans E-Marketing

C’est la question que l’on se pose à chaque nouvelle campagne Adwords, malheureusement la réponse risque de vous décevoir : le bon taux de clic n’existe pas !

Qu’est-ce que le taux de clic ?

Sur Google Adwords, le taux de clic correspond au rapport entre le nombre d’impressions, le nombre de fois où votre annonce est apparue à la suite d’un mot-clé tapé par l’internaute,  et  le nombre de clics sur votre annonce. Dans vos campagnes Adwords ce taux correspond à la statistique CTR (Click Through Rate). En moyenne le taux de clic varie entre 0,5% et 4%.

Une statistique clé dans vos campagnes Adwords

Le taux de clic est une des statistiques les plus surveillées sur les campagnes Adwords car elle permet de savoir si les mots-clés que vous avez achetés sont pertinents par rapport à ce que vous avez à offrir. Si votre annonce est suffisamment cohérente avec les mots-clés achetés le taux de clic sur vos annonces sera élevé. A l’inverse si vous achetez des mots-clés trop éloignés de votre proposition de valeur, le taux de clic sera faible.

Le taux de clic dépend également de votre position dans les résultats de recherche. Si vos enchères sont trop basses, votre annonce n’apparaîtra pas en première page de résultat et votre taux de clics sera proche de 0. A l’inverse si vos enchères vous permettent d’atteindre les premières positions sur Google, votre taux de clic sera certainement plus élevé que celui de vos concurrents.

Le taux de clic est relatif

Pour autant il n’y a pas de bon ou de mauvais taux de clics. Pourquoi ? Tout d’abord car le taux de clic varie selon les secteurs d’activité. Une récente étude a démontré que les taux de clics varient de plus de 2% selon entre les différents secteurs d’activité. En effet certaines entreprises vont pouvoir jouer sur des notions de prix, ou inclure de l’émotion dans leurs annonces ce qui n’est pas applicable dans des secteurs tels que la finance ou le droit.

D’autre part au sein d’un même secteur des critères tels que le prix peuvent également avoir une incidence sur le taux de clics : une annonce valorisant un prix d’appel à 10€ aura plus de faveur qu’une annonce avec un prix d’appel à 200€.

Le taux de clic ne fait pas tout

Enfin le taux de clic est à comparer avec d’autres indicateurs pour analyser la performance de vos campagnes :

  • Taux de rebond : le taux de rebond correspond au nombre d’internautes qui sont arrivés sur votre site et qui l’ont quitté sans avoir visité une seconde page. Si votre taux de clic est au-delà de 4% mais que le taux de rebond est à 95%, cela signifie que vos mots-clés et vos annonces sont certes attractifs mais ne sont pas pertinents par rapport à ce que vous avez à offrir.
  • Taux de conversion : si le but de votre campagne est de vendre des produits ou de générer des leads, le taux de conversion sera une statistique bien plus pertinente que le taux de clics. En effet un taux de clic élevé mais avec un faible taux de conversion signifie que vous payez beaucoup (les campagnes Google Adwords étant facturées au clic) pour un chiffre d’affaires quasi nul.

Comparez-vous à vous-même

Vous l’aurez compris le taux de clic de vos campagnes et à l’image de votre entreprise : il est unique. Par conséquent le seul élément de comparaison possible sera votre propre taux de clic et son évolution au fil du temps.

Voici quelques astuces pour améliorer votre taux de clics :

  • Segmentez vos mots-clés : multiplier les groupes d’annonces vous permet de rédiger des annonces plus précises et plus pertinentes pour les internautes
  • Ajustez vos enchères : faîtes en sorte que vos annonces apparaissent entre la 1ère et la 4ème position pour être davantage visible
  • Ajoutez des extensions d’annonces : les extensions d’annonces permettent à vos annonces d’occuper plus d’espace ce qui vous rend plus visible que vos concurrents dans les résultats de recherche
  • Excluez les mots-clés qui ne sont pas pertinents : si vous avez choisi un ciblage large pour vos mots-clés il est possible que vos annonces soient apparues sur des mots-clés n’étant pas en lien avec votre activité. Surveillez de près les mots-clés qui ont généré des impressions sur vos annonces et excluez les mots-clés non pertinents de votre ciblage
  • Testez vos annonces : pour chaque groupe d’annonce créer au minimum 2 versions d’annonces avec une accroche, un prix, un avantage concurrentiel différent afin de tester les approches les plus efficaces
Commenter cet article Voir les commentaires (0)

5 bonnes résolutions social media pour 2017

Par Laura, le vendredi 30 Dec 2016 dans Réseaux Sociaux

La fin de l’année est souvent un moment propice à la réflexion, la remise en question, les projets d’avenir… C’est aussi un moment stratégique pour les marques : plan de communication annuel, refonte de la stratégie de contenu, signature de nouveaux budgets… Alors comment profiter de cet air de renouveau pour mieux rebondir et partir sur de bonnes bases en 2017 ?

Parce qu’il faut bien se fixer une limite, nous avons retenu 5 tendances médias sociaux à intégrer dans votre liste de bonnes résolutions professionnelles pour 2017.

1. Publier moins, mais publier mieux

Les publications à tout va, la course au live-tweet, les jeux-concours à répétition, les stories quotidiennes sur Instagram… STOP ! En 2017, la qualité devra (enfin) primer sur la quantité. Privilégiez les publications à fort impact pour valoriser vos produits / votre marque / vos valeurs, faites de chaque prise de parole une opportunité pour raconter une histoire et toucher le petit cœur de votre communauté. Proposez une expérience unique et immersive dans chaque publication. Fixez-vous un moyen de contrôle avant chaque publication : êtes-vous fier(e) de ce contenu ? Vos fans & abonnés vous remercieront, et votre taux d’engagement aussi !


2. Investir dans la production de contenu riche et qualitatif

Photographe
Prendre des photos de qualité pour améliorer le rendu visuel est essentiel.

Qui dit publier moins, mais mieux, dit investir dans des contenus qualitatifs, uniques, différenciants, à votre image. Vous l’avez peut-être déjà remarqué : les contenus partagés sur les médias sociaux sont de plus en plus créatifs, de plus en plus dynamiques, de plus en plus interactifs aussi. Oubliez le copier-coller et optez pour des shootings photo spécifiques pour Instagram, réalisez de jolis canevas graphiques pour produire des gifs animés, boostez votre budget vidéo pour proposer des vidéos « social media first »… (découvrez notre article sur les bonnes pratiques pour produire des vidéos sur les médias sociaux).


3. Prévoir un budget « social ads » annuel

Ce n’est plus un secret : pour émerger sur les médias sociaux, pour fédérer une communauté, pour générer de la visibilité, pour viraliser vos opérations, pour faire rayonner votre marque sur le plan digital… il est nécessaire de médiatiser vos dispositifs. Mais il est souvent difficile d’établir un plan média ou de déterminer un budget « social ads » lorsque l’on n’a pas encore / pas assez expérimenté l’achat d’espaces sur les médias sociaux. Alors comment s’en sortir ? Voici quelques conseils pratiques pour vous aider dans votre réflexion :

  1. Créez un plan média en phase avec vos objectifs annuels : recrutement, engagement, visibilité, notoriété, trafic, ventes… Quels sont les enjeux pour les mois à venir ? Quels sont les temps forts dans votre communication ? Intégrez ces éléments à votre plan média ou votre brief et posez-vous les bonnes questions dès le début.
  1. Prévoyez un budget cohérent par rapport à vos objectifs / votre audience : vous ciblez une audience de 100 000 personnes sur Facebook ? De 1 M ? De 10 M ? Parce que la taille compte, identifiez votre cœur de cible sur les médias sociaux et donnez-vous les moyens de réussir vos campagnes.
  1. Testez, testez, testez…
  • Vous travaillez en agence ? Vous avez de la chance, vous êtes confronté à différents enjeux / objectifs / cibles / thématiques / secteurs d’activité. Expérimenter et tester sans cesse est le meilleur moyen de monter en compétence !
  • Vous êtes un annonceur ? Formez-vous à l’achat d’espaces sur Facebook / Twitter / Instagram / LinkedIn pour pouvoir gérer ou déléguer efficacement vos campagnes social media. Cela vous permettra de fixer des objectifs réalistes et adaptés à votre stratégie social media, de maîtriser les KPI et de pouvoir coordonner une équipe autour de ces projets.
  1. Vous n’avez rien compris aux points 1, 2, 3 ou vous venez de réaliser que le budget média est un élément stratégique pour l’année prochaine ? Pas de panique, je suis là pour répondre à toutes vos questions.


4. Mettre en place un chatbot (ou améliorer son service client)

Le chatbot, c’est un peu le Kim Kardashian de l’actualité social media : on le voit partout, on ne sait pas si on aime ou on n’aime pas, mais cela a le mérite d’attirer l’attention.

Pour ceux qui ont fait un digital detox sur une île déserte et ne savent pas de quoi on parle, Wikipédia est votre ami. Pour les autres, il est temps de se poser les bonnes questions pour optimiser votre service client. Alors, comment choisir entre une solution 100% humaine et une solution partiellement ou totalement automatisée ? Nous vous avons concocté un test de personnalité pour vous aider à prendre une décision :

Quel chatbot êtes-vous ?

1. Dans quel type de structure travaillez-vous ? 

# Une entreprise BtoB ou une petite structure

@ Un service public / une association / une ONG

* Un site e-commerce ou une entreprise BtoC

2. Comment gérez-vous la relation clients ?

# On fait appel à un commercial / à quelqu’un dans la communication ou la qualité selon les cas

@ Il y a une personne / un service dédié

* Il y a une équipe dédiée et un process à respecter pour chaque type de demande

3. Comment gérez-vous la relation clients sur les médias sociaux ?

# Je reçois très peu de messages liés à la relation clients sur les médias sociaux

@ Je gère chaque message au cas par cas, de façon personnalisée, et je redirige vers le SAV si besoin

* Ma structure a réalisé une charte de modération, je dispose de messages « type » pour répondre à chaque internaute selon la nature de la question / demande / réclamation

Résultats : 

Vous avez un maximum de # : oubliez le chatbot pour le moment, on en reparle en 2018

Vous avez un maximum de @ : il est nécessaire de structurer et scénariser votre relation clients sur les médias sociaux pour gagner du temps lors de la modération

Vous avez un maximum de * : vous êtes déjà structurés en interne, un chatbot peut vous aider à automatiser une partie de vos messages, le community manager peut intervenir pour les cas spécifiques


5. Laisser plus de place à la spontanéité

spontaneite
La spontanéité en image.

L’organisation et la maîtrise des médias sociaux ont laissé place à la spontanéité, au naturel, aux réseaux éphémères… Alors quelle attitude adopter en 2017 ?

Vous pouvez être dans le déni et continuer à tout vouloir anticiper, maîtriser, mesurer… ou alors vous pouvez embrasser cette tendance. Pas de panique ! Avant de vous lancer dans la diffusion de vidéos live ou l’animation Snapchat, vous pouvez tout de même valider des concepts, organiser des brainstormings, anticiper certaines choses… Plus vous tenterez d’avoir un rendu professionnel, léché, parfait, et moins ce sera performant ! Alors soufflez, cela va bien se passer…

Vous avez d’autres résolutions médias sociaux en tête ? Partagez vos idées dans les commentaires !

Commenter cet article Voir les commentaires (0)