Blend Web Mix 2016 : on y était !

Par Christian,
dans Actualité digitale

Organisé par la Cuisine du Web, le Clust’R Numérique et l’Université de Lyon, en partenariat avec la Métropole de Lyon,  Only Lyon & Lyon French Tech, BlendWebMix est l’événement majeur de ceux qui font le web francophone. « Le BlendWebMix (les 2 et 3 novembre 2016 à Lyon) veut secouer l’écosystème « webmakers ». Pour cela, pendant deux jours, workshops, ateliers, conférences et rencontres s’adressant à des publics variés ( entrepreneurs, business développeurs, recruteurs, investisseurs, designers, formateurs…) seront au menu. « 98 conférences sont prévues au programme soit 63 heures cumulées » (…) Et nouveauté cette année, des « Lightning talks » seront proposés : comprendre des conférences de 15 minutes pour « faire un focus rapide sur un sujet en particulier » » expose Guilhem Bertholet, l’organisateur et co-fondateur de l’événement (1).

Comme lors des éditions précédentes, nous étions présents,  l’occasion de prendre le pouls de la communauté web !  Petits tour d’horizon de quelques interventions  :

Storytelling Lionel Clément

Selon Lionel Clément (@Ecritoriales), le marketing digital s’appuierait sur un storytelling animé par un inconscient collectif promouvant l’idée d’une satisfaction sans limite. Il serait l’objet d’une projection continue vers la croyance en un futur en marche avant effrénée vers le « toujours plus ». Lionel Clément pense que le discours technologique dominant du progrès permanent, ref, du perfectionnement infini et de l’expérience illimitée, laissera sa place, tôt ou tard, à une vision plus engageante socialement et écologiquement dans la sphère digitale.
Devenu l’objet d’une nouvelle intentionnalité, Le storytelling de demain ne sera plus autocentré sur la marque mais sur le monde qui l’entoure. Le culte de la nouveauté laissera-t-il sa place à celui du bénéfice ?

Progressive Web Apps

Antoine Contal (@antoine_contal) dresse le constat suivant :
Sur desktop, les utilisateurs apprécient les services digitaux exécutés directement dans le navigateur comme dans le cas des architectures en Ajax (Ex. : Gmaps). En conséquence, ils ne téléchargent de moins en moins de software. Problème : lors du passage en contexte mobile, ces expériences  sont dépendantes de la qualité du réseau et font face à des ruptures. C’est une des raisons pour laquelle les mobinautes, inversement du mode desktop, utilisent moins le web mobile que les apps (13% VS 87%). Le tenant du web mobile (Google en tête) souhaite investir ce champ d’audience considérable à conquérir pour offrir une expérience qualitative et lutter contre le leadership d’Apple. Rappelons qu’il existe une pression mobile substantielle sur les stratégies proposées par les GAFA. En effet, plus de la moitié de l’audience actuelle se produit déjà sur un device mobile. On parle même de 75 % dès 2017 (2). C’est ici qu’interviennent les Progressive Web Apps dans la volonté des acteurs d’augmentation du reach :

Avantages :
– Pas de téléchargement préalable avant utilisation,
– Ajout à l’écran d’accueil,
– Gestion des connexions lentes et le hors-ligne,
– Réception des messages « push »,
– Affichage des notifications,
– Synchronisation des données en arrière plan,
– Pas de dépendance à magasin d’applications pour les mises à jours
– Migration partielle possible,
– Portage desktop possible.

Parmi les exemples montrés par Antoine Contal lors de son exposé, quatre ont attiré plus particulièrement notre attention :
Le Washington Post propose un splash screen, une installation d’une icône sur l’écran d’accueil. L’optimisation en PWA annonce 80 millisecondes pour charger un article.Le retailer indien Flipcart propose un passage de l’interface en noir et blanc quand on bascule dans un mode dégradé de connexion. Un stockage en tache de fond des articles vus par l’utilisateur est possible pour consultation hors connexion.
Air Berlin.com s’est posé la question de savoir quel service était le plus attendu en situation de voyage, en contexte mobile et en cas de rejet de la fonctionnalité de roaming à l’étranger par l’utilisateur. Le développement orienté PWA permet de conserver l’accès au billet acheté et à la carte d’embarquement en toute circonstance (enfin, tant que la batterie fonctionne). C’est la situation pots-achat qui a été privilégiée dans cette optique.
Le site mobile de Kayak.com propose une solution de paiement en « 1 click » via une API sécurisée spécifique.
L’intérêt majeur étant l’optimamisation globale de l’expérience des parcours cross-devices, hors-connexion et XXX.
L’Amazon/eBay chinois Aliexpress annonce des chiffres révélateur : 104% de nouveaux utilisateurs (sur tous les navigateurs), augmentation de 82% du taux de conversion et augmentation de 74% du temps passé par session (sur tous les navigateurs) (3) Jumia.cm annonce une reprise de panier 9x supérieure (4).

Limites :
– Https obligatoire (cela devient à court terme un standard du web)
– Absence de support sur iPhone ( 65% des sessions). Mais le responsable iOS d’Apple a annoncé sa présence au prochain Progressive Web App Dev Summit.

Les grandes tendances de la tech vues par un investisseur

Nicolas Debock (@ndebock) VC chez Balderton Capital a dressé une passionnante macro des sujets très pratiqués par les start-up :
– AI, Machine learning,
– Chatbot, messaging,
– VR/AR,
– Single task apps,
– Advertizing (adblocker, personnel data war),
– Passage de la centralisation à la décentralisation à la distribution,
– Human Cloud (workers on tap),
– Legal, reg. Tech (blockchain, etc.),
– Le Farming (gestions/surveillance des exploitation agricoles par drones, marketplace agricole, vertical farming, transports autonomes),
– Transformation digitale BTP,
– Transformation digitale du fret et de la logistique (carriers autonomes, uberisation du container shipping…).

Deliveroo comment passer de 0 à 1 million de commandes de en 1 an en France ?

Cette année, Hugues Decosse (General Manager France Deliveroo) était l’invité de Blend Web Mix. Il a brossé un portrait complet de la « plateforme de commande et de livraison de plats de qualité à domicile » qui, à l’instar de ces concurrents, veut s’imposer dans un marché hyper-concurrentiel.  Sur un créneau pas forcément nouveau, les « new comers »ont la capacité de reconcilier deux attitudes : Une certaine culture de la flemmardise et une véritable exigence de la qualité.

Référence :

(1) BlendWebMix, la grande conférence webmakers a lancé sa 4e édition. La Tribune Acteurs de l’Economie, 2 Novembre 2016 [consulté le 8 novembre 2016]. http://acteursdeleconomie.latribune.fr/innovation/french-tech/2016-11-02/blendwebmix-la-grande-conference-webmakers-a-lance-sa-4e-edition.html

(2) 75% du web sera mobile dès 2017 [En ligne]. Comarketing News, 31 octobre 2016 [consulté le 8 novembre 2016]. http://comarketing-news.fr/75-du-web-sera-mobile-des-2017

(3) Aliexpress [En ligne]. Google Developpers Case Studies, mai 2016 [consulté le 8 novembre 2016]. https://developers.google.com/web/showcase/2016/aliexpress

(4) Jumia [En ligne]. Google Developpers Case Studies, mai 2016 [consulté le 8 novembre 2016]. https://developers.google.com/web/showcase/2016/jumia

par Christian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher