Blend Web Mix 2016 : L'effet Papillon

Par Christian,
dans Actualité digitale

Les nœuds papillon arborés par Guilhem Bertholet (@Guilhem) et Benjamin Beaudet (@b_beaudet) lors de leur intervention au Blend Web Mix sont, au-delà d’un clin d’œil « smart » et décalé, le prétexte à trouver une métaphore à leur démonstration ; le nœud papillon rappelant formellement une « loop », c’est-à-dire une boucle infinie. A y regarder de plus près, le monde digital revêt les formes d’un éternel retour. En effet, le web possède l’énorme capacité à braquer son attention sur la disruption là où il y a aussi de la continuité ou de l’inspiration, bref à faire du neuf avec du vieux en promouvant l’idée d’une nouvelle mouture permanente. Souvent, tout change, mais rien ne change vraiment complètement.

Ce phénomène est extrêmement intéressant à regarder, analyser et décortiquer. Nous avons tous tendance à avoir la mémoire courte. Digitalement parlant, Les “quinquas” sont des dinosaures, les “quadras” sont déjà forcément dépassés. On ne compte plus les études qui montrent que pour vraiment réussir, il vaut mieux être dans la décennie des trentenaires, voir des vingtenaires pour ambitionner de changer le monde. Obsédé de « jeunisme », le discours ambient semblent souvent focalisé sur la génération des « digital native ». C’est un effet de loupe compréhensible dans la mesure où pour la première fois dans l’histoire, une génération s’est construite intégralement avec des outils digitaux. Pourtant tout n’est pas toujours nouveau dans le digital.

Everything is a remix
Un des phénomènes qui a marqué l’époque post-moderne est celui du remix ! Dans son célèbre documentaire (1), Kirby Ferguson montre que rien n’est nouveau ni entièrement original. De Bob Dylan à Steve Jobs, du sample au rythmique, il montre comment ceux qui sont souvent présentés comme des innovateurs entiers sont bardés d’influences. Ils empruntent, « volent », s’inspire et transforment. Leur génie tient souvent à leur capacité à orchestrer toutes les influences.
iOS est à cet égard un produit particulièrement révélateur de la capacité des concepteurs à mixer des influences multiples. Il y a quelques années, the Verge évoquait même les influence issues de Windows Vista (2). De manière plus général, faire revivre des morceaux, copier-coller, mixer et remixer est devenue une partie intégrante de la culture web, très favorable en terme de récupération.

Skeumorphisme
L’être humain a besoin d’habitudes, de ce qu’il connaît déjà pour s’approprier ce qu’il ne connaît pas. Le skeuomorphisme désigne « un élément de design dont la forme n’est pas directement liée à la fonction, mais qui reproduit de manière ornementale un élément qui était nécessaire dans l’objet d’origine », démarche largement utilisé dans le web des premiers temps dans le design des boutons rappelant un bouton en fausse 3D.

Bulles
De nombreuses pépites du web ont connu des chutes précipitées à la hauteur de leur croissance fulgurante. Il demeure dans l’inconscient collectif un sentiment de suspicion face au « success stories » digitales. Ces sociétés seraient incapables de s’inscrire dans la durée comme modèle économique ou de donner lieu à une quelconque rentabilité. Après ce qu’on a appelé « éclatement de la bulle » internet dans les années 2000, le traumatisme a tendance a trouver encore un écho encore de nos jours, comme le montre la médiatisation de la fermeture du service « Take It Easy ». En 2001 le cas de Wevan avait défrayé la chroniques aux Etats-Unis. Concurrence acharnée, marges minuscules et coup d’acquisition clientèle sont souvent pointer du doigt pour décrire le business digital sauvage et court-termiste. Si des entreprises ont brulé trop de cash avant d’être rentables, comme d’autres sont arrivées à s’inscrire dans la durée, ces premières maintiennent un sentiment d’imminnense de la rupture économique face à ce qui serait un spéculation dépassée.Cette impression d’éternel retour marque aussi l’architecture des applications, les business model, les jeux vidéos, la publicité, la viralité, LOLification… Bref, on mettra des noeuds pap’ encore longtemps dans le web :-)

Découvrez la présentation de Benjamin et Guilhem : l’effet (nœud) papillon

Références :

(1) Kirby Ferguson. Everything is a remix [En ligne]. TED, june 2012. https://www.ted.com/talks/kirby_ferguson_embrace_the_remix

(2) Aaron Souppouris. Tracing iOS 7’s influences: Apple remixes almost everyone in the industry [En ligne]. The Verge, 11 juin 2013. http://www.theverge.com/2013/6/11/4418188/apple-ios-7-design-influences

par Christian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher