Set jetting : Tous les chemins partent de Game of Throne

Par Christian,
dans Non classé

bLes sources d’inspiration dans la construction d’un séjour touristique ou dans le choix d’une destination sont multiples. Nous revenons aujourd’hui sur une pratique qui prend une envergure certaine depuis quelques années : Le set jetting. Ce phénomène désigne l’effet d’inspiration que produisent les productions cinématographiques ou télévisuelles dans l’élection d’une destination par les voyageurs. Le phénomène n’est pas mineur. En effet, en 2012, ce ne sont pas moins de 40 millions de personnes qui ont été inspirées de cette manière (1).

Dernière en date, la série Game of Throne, par l’engouement qu’elle suscite, inspire de nombreux fans dans le choix d’un des lieux de tournage pour passer leurs vacances.  Comme le dit Béatrice Dugué, « Dubrovnik – lieu de tournage de scènes de la saison 2 de Game of Thrones, a vu son nombre de visiteurs grimper de 10%, selon le maire de la station balnéaire croate, [assurant] 10 millions de dollars de revenus touristiques. (2). Gérone, dont la cathédrale a été choisie comme spot de tournage dans l’avant dernier épisode de la saison 6, espère un choc de fréquentation du même ordre alors qu’elle souffre d’un déficit d’attraction du fait de son éloignement de la mer et de sa proximité avec la star catalane Barcelone.

Vous me direz que le phénomène n’est pas nouveau, et qu’il a déjà été identifié des coups de projecteur de même type avec la Tunisie ou l’Irlande pour Star Wars, l’Ecosse pour Braveheart (+300% de fréquentation un an après la sortie du film), le Calvados pour Il faut sauver le soldat Ryan (+40% de fréquentation), et bien évidemment, la Nouvelle Zélande pour Le Seigneur des Anneaux. Mais il s’agissait de films (3). Les 7 millions de téléspectateurs hebdomadaires de la série Game of Thrones ont un effet d’échelle bien plus imposant. Si imposant qu’avec son budget multimillionnaire et ses paysages fantastiques, Game of Thrones a fortement contribué à changer la donne. L’équipe de HBO a multiplié les tournages in situ, si bien qu’il est facile aujourd’hui de visiter Dorne (Séville), Winterfell (Castle Ward en Irlande) ou encore Yunkai (Aït-ben-Haddou au Maroc). Jamais encore une série n’aura eu un tel impact sur le tourisme européen » (4).

Cela génère tellement d’engagement sur les consommateurs que les destinations, à l’instar des marques avec leurs placements produits dans des films, souhaitent véhiculer  une image positive de leur territoire en offrant leurs cadres les plus grandioses aux block busters de cette manière-là également. On relate l’exemple du Mexique dans son lobbying auprès des producteurs de James Bond Spectre : Le pays aurait proposé 28 millions de dollars en échange de quelques adaptation: « il fallait que le méchant ne soit pas mexicain, qu’une des James Bond girls soit originaire du pays et qu’une scène soit tournée pendant la Fête des Morts. Il est vrai que le héros a un peu gâché le festival en crashant un hélicoptère sur la place centrale mais toujours est-il que cette scène du début du film a probablement donné envie à de nombreux spectateurs de faire leurs valises direction le Mexique! » (5). Même si des rumeurs parlent de futurs lieux de tournage en France, rien n’est encore concret, alors que le Gouvernement espagnol a déroulé le tapis rouge aux producteurs de la série (6).

Désormais, des Tours Operators prennent cette manne de visiteurs supplémentaires très au sérieux. En Islande par exemple, « le tourisme griffé GoT prospère aussi. La fréquentation de l’île a augmenté de plus de 100 % entre 2010 et 2014. Une dizaine de tours opérateurs organisent des randonnées pour les touristes friands de découvrir les paysages désolés au nord du mur, contrées des sauvageons et autres marcheurs blancs. On ne saurait que trop vous conseiller d’entrer dans la grotte Grjótagjá, ayant abrité les batifolages de Jon et Ygrit… » (7). Une carte consacrée au TO labellisés Game Of Throne est même disponible sur le net.

Force est de constater que le phénomène d’engouement de masse qu’occasionne la série fonctionne comme un apporteur de touristes non négligeable. L’engagement ainsi provoqué donne envie aux spectateurs d’aller sur place, de voir comment cela est en « live », et de constater que le décor n’est pas en carton pâte ou en3D. Les lieux où la fiction et la dramaturgie de la série se déroulent déploient un imaginaire qui rejoint donc la réalité in fine. S’y rendre et de témoigner de son passage par autant de manifestions symboliques sur les réseaux sociaux,  et par autant de répercutions financières sur les revenus des destinations concernées, engendre un cercle vertueux de promotions touristiques (Inspiration & création d’un imaginaire autour d’une destination -> Expérience de la destination en lien avec l’imaginaire qu’elle a suscité -> Témoigner de son expérience -> Capacité à fournir du souvenir pour créer l’envie des autres !).

Même si cela ne constitue, bien évidemment, pas la majorité de l’origine la fréquentation , ce processus constitue toujours un apport complémentaire pour un pays, et un revenu important pour une plus petite destination (ville…). C’est plutôt du côté de la construction d’une image positive et attractive qu’il faut trouver l’intérêt de ce phénomène comme l’a bien montré la destination Nouvelle Zélande en se présentant comme « empire du milieux » à conquérir, et en articulant son écosystème autour de ce pilier fort qui renouvelle son image et l’immensité de ses paysages. Plus récemment, l’île de Skellig Michaël dans l’archipel irlandais des Skellig a été le théâtre du tournage de la scène finale de Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force, L’Office de tourisme irlandais table sur 8,2 millions de visiteurs sur le territoire du fait de la scène finale où réapparait Luke Skywalker (8). Une source d’inspiration pour nos opérateurs touristiques si une série TV d’envergure se proposait de poser ses caméras sur leurs territoires…

Références :

(1) Morgane Decoret. Le ciné-tourisme : la nouvelle façon de voyager [En ligne]. Allbrary magazine, 22 février 2016 [consulté 6 juin 2016]. http://magazine.allbrary.fr/le-cine-tourisme

(2) Béatrice Dugué. En Catalogne, la ville de Gérone dit merci à Game of Thrones [En ligne]. France Inter, 6 juin 2016 [consulté 6 juin 2016]. http://www.franceinter.fr/emission-les-histoires-du-monde-en-catalogne-la-ville-de-gerone-dit-merci-a-game-of-thrones

(3) L’impact touristique de certains films sur leurs lieux de tournage [En ligne]. Infogr.am, 2016 [consulté 6 juin 2016]. https://infogr.am/dQr2iyNY3obTWmst

(4) Tony Hauck. Cette carte montre comment Game of Thrones dope le tourisme européen [En ligne]. Le Point Pop, 24 mai 2016 [consulté 6 juin 2016]. http://www.lepoint.fr/pop-culture/lifestyle/la-carte-qui-montre-comment-game-of-thrones-dope-le-tourisme-europeen-24-05-2016-2041609_2944.php et carte des lieux de tournage de Game Of Throne à l’adresse suivante : http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/le-tourisme-game-of-thrones_83738#9/54.7389/-6.0507

(5) Morgane Decoret. Le ciné-tourisme : la nouvelle façon de voyager [En ligne]. Allbrary magazine, 22 février 2016 [consulté 6 juin 2016]. http://magazine.allbrary.fr/le-cine-tourisme

(6) Tony Hauck. Cette carte montre comment Game of Thrones dope le tourisme européen [En ligne]. Le Point Pop, 24 mai 2016 [consulté 6 juin 2016]. http://www.lepoint.fr/pop-culture/lifestyle/la-carte-qui-montre-comment-game-of-thrones-dope-le-tourisme-europeen-24-05-2016-2041609_2944.php

(7) Ibid.

(8) Star Wars: L’île de Luke Skywalker fait le bonheur du tourisme irlandais [En ligne]. 20 minutes, 14 janvier 2016 [consulté 6 juin 2016]. http://www.20minutes.fr/cinema/1765671-20160114-video-star-wars-ile-luke-skywalker-fait-bonheur-tourisme-irlandais

 

par Christian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher