acti, agence web lyon

Le Blog

RGPD : et si c'était une chance ?

Par Laëtitia, le lundi 12 Fév 2018 dans E-Marketing

25/05/2018… La date butoir de l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) approche. Impossible de s’affranchir de cette nouvelle réglementation touchant à la collecte et au traitement des données personnelles. Avec son lot d’aménagements techniques sur les sites web, les formulaires, les e-mailings, etc. L’impact sur les métiers du marketing est également considérable. Les marketeurs y voient un frein à la collecte des données qui leur sont si chères. Pourtant, la mise en conformité avec la RGPD pourrait bien devenir un véritable avantage concurrentiel. Encore faut-il savoir en profiter !

Jouez vraiment le jeu

Les actions de mise en conformité avec la RGPD étant pour l’instant peu détaillées, il sera tentant de s’en tenir au strict minimum, notamment pour ce qui concerne la collecte des données. Ne tombez pas dans le piège ; profitez plutôt de la nouvelle règlementation pour mettre en place une véritable stratégie de contenu. Invitations à des évènements, promotions, ou encore création de contenus à forte valeur ajoutée qui inciteront les internautes à vous laisser spontanément des informations sur leurs préférences d’achat et leurs besoins.
Associée à une information claire sur la manière dont les données seront traitées, conservées et utilisées, cette stratégie contribuera à gagner la confiance de vos prospects et de vos clients et concentrera vos efforts marketing sur des utilisateurs qualifiés.

lire la suite

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Le contenu, nouveau carburant des voitures de demain ?

Par Raphaël, le lundi 8 Jan 2018 dans Actualité digitale Brand content E-Marketing

Grande première : un constructeur français se diversifie dans les médias ! Renault a investi mi-décembre 5 millions d’euros dans le groupe de presse « Challenges » (40% du capital), préfigurant une révolution de l’industrie automobile. Et si demain notre auto devenait un diffuseur de contenu courtisé par les annonceurs ? Et si le véhicule du 21e siècle était électrique, connecté, autonome… et un média ?

Même chez Renault, certains cadres ont cru à une sortie de route ; et pourtant ! Leur patron Carlos Ghosn en est convaincu : « Le contenu premium sera un jour déterminant dans l’acte d’achat d’un véhicule ». Autrement dit, la voiture du 21e siècle sera électrique, connectée, autonome… et un média. Les constructeurs qui manqueront ce virage finiront dans le fossé et seront des fossiles comme les vieux carburants.
Concevoir l’automobile du futur, c’est bien-sûr anticiper la relation du conducteur au véhicule autonome en se « concentrant sur l’interface homme-machine » ; c’est aussi capitaliser sur le temps libre que la voiture autonome va redonner à son conducteur et à ses passagers. Des perspectives nouvelles pour le inbound marketing et le branding.
Pour Carlos Ghosn, demain, c’est même grâce au contenu que les constructeurs de la voiture autonome créeront de la valeur et de la richesse. Et il n’a pas l’intention de laisser échapper ces nouveaux revenus futurs au seul profit des géants du contenu que sont les GAFA américains (Google, Amazon, Facebook, Apple) ou les nouveaux BATX chinois (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi)… Ces mastodontes qui, comme par hasard pour au moins quatre d’entre eux (Apple, Google, Tencent, Baidu) font déjà rouler des véhicules autonomes qu’ils ont développés. La course mondiale de la « content car » est donc bien lancée.

lire la suite

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Infographie : Comment référencer un site multilingue ?

Par Pierre, le mercredi 24 Mai 2017 dans E-Marketing

Voilà une question qui revient souvent en référencement naturel : comment référencer un site multilingue correctement ? Quelles sont les bonnes pratiques en SEO ?

Acti vous a concocté une (très) belle infographie pour vous donner un aperçu de la stratégie à adopter.

Référencer site multilingue infographie

 

Référencer un site multilingue : pourquoi est-ce important ?

Posséder un site multilingue est essentiel, particulièrement dans l’e-commerce mais également pour des sites vitrines. En effet, les chiffres de l’étude « Can’t Read, Won’t Buy: Why Language Matters on Global Websites », du Common Sense Advisory, sont frappants. On y apprend que :

  • 72% des internautes visitent des sites dans leur propre langue.
  • 56% favorisent la langue du site au prix des produits.
  • 42% n’achètent jamais de produits sur un site qui n’est pas dans leur propre langue.

Lors de la création d’un site s’adressant à un public international, il est donc essentiel de se poser la question : comment référencer son site dans plusieurs langues ?

Choix du domaine et de l’hébergement

La première étape pour créer un site multilingue optimisé pour le SEO, c’est de répondre à la question : comment vais-je structurer les langues au sein du site ? Quelle méthode vais-je utiliser pour proposer des pages dans différentes langues de façon fluide et transparente, sans pénaliser mon SEO ?

Nous suggérons trois méthodes, dont l’une se démarque particulièrement en terme de performance :

1) Un domaine par pays

C’est la meilleure solution en terme de performance. Admettons que j’ai un site nommé « monsite » et que je souhaite une version française, allemande et espagnole. Je vais donc acheter trois noms de domaines différents et créer trois sites :

http://monsite.fr
http://monsite.de
http://monsite.es

Et chacun de ces sites sera hébergé dans le pays ciblé : le site français sera herbégé sur un serveur français, le site espagnole sur un serveur espagnol et le site allemand sur un serveur allemand.

Avantages :

+ Des sites bien distincts avec chacun une stratégie SEO propre au pays cible

+ Une solution très claire pour l’internaute avec des urls propres

+ Chaque site est hébergé dans le pays cible : plus rapide, meilleur SEO

Inconvénients :

Un coût plus important : il faut créer de nombreux sites avec chacun un certificat SSL, un hébergement, etc.

Une gestion plus difficile

2) Un sous-domaine par pays

Afin de bien séparer les différentes langues au sein d’un même site, il est possible de diviser votre site web en sous-domaines. Encore une fois, admettons que j’ai un site nommé « monsite » et que je souhaite une version française, allemande et espagnole :

http://fr.monsite.com
http://de.monsite.com
http://es.monsite.com

Ici, la solution est un site unique mais divisé en dossiers dès le début de l’arborescence, avec un dossier par langue qui contiennent chacun une version du site.

Avantages :

+ Un seul domaine à gérer

+ Une solution plutôt claire pour l’internaute avec des urls propres

Inconvénients :

 Aucune extension géographique dans l’url

 Pas d’hébergement dans le pays cible

3) Un sous-répertoire par pays

C’est la solution la plus communément utilisée, très proche de la solution en sous-domaines. La différence est qu’ici, les langues sont identifiées dans des sous dossiers. Il y a donc le site web, au sein duquel des pages sont réparties dans des sous-dossiers, avec un sous-dossier par langue.

http://monsite.com/fr
http://monsite.com/de
http://monsite.com/es

Avantages :

+ Un seul domaine à gérer

Inconvénients :

 Aucune extension géographique dans l’url

Pas d’hébergement dans le pays cible

Des urls assez longues et parfois confusantes

Gérer le référencement multilingue au sein du code

Une fois la question du choix du domaine et de hébergement web réglé, il est temps de s’intéresser au contenu des pages en elles-même. Concrètement, qu’est-ce qui permet à Google d’identifier correctement la langue d’une page web et de la référencer correctement ?

Le contenu

Bien entendu, le contenu de la page doit avoir été traduit. Mais attention : aucune traduction approximative n’est autorisée : le contenu doit être traduit par un natif dont c’est la langue maternelle. La raison à cela est la capacité de Google à évaluer la richesse lexicale d’un texte.

Les balises de contenu et urls

Les balises titre, meta description, la balise alt des images et l’url doivent être traduites. C’est essentiel et de nombreux sites l’oublient, notamment pour l’url.

Normalement, ces éléments sont suffisants pour permettre à Google d’identifier la langue d’une page. Cependant, une mesure supplémentaire consiste à renseigner dès le début de la page, au sein du code, la balise « lang » :

<html lang="fr">

Cette balise donne explicitement à Google la langue dans laquelle le contenu de la page a été rédigé.

Vous pouvez également, en ultime recommandation, insérer une balise link rel=canonical (ou encore url canonique) afin d’assurer à Google que cette page est bien la page principale et pas un doublon.

Les balises hreflang

Vous avez forcément déjà entendu parler de ces balises, car c’est l’une des clefs principales d’un référencement multilingue réussi.

Mais qu’est-ce que c’est et comment se servir des balises hreflang ?

balise hreflang

C’est assez simple. Admettons que je possède une page en français sur laquelle je vends des sacs à main rouges. Je possède également deux déclinaisons de cette page dans des langues différentes : une allemande et une espagnole. J’ai donc trois pages, dans trois langues, qui sont identiques.

Afin d’éviter les contenus dupliqués (très pénalisants pour le SEO) et indiquer à Google qu’il s’agit bien de la même page, mais dans trois langues différentes, je fais appel à la balise hreflang.

La balise hreflang indique à Google la langue de la page, ainsi que les déclinaisons de cette page dans d’autres langues.

Sur ma page française, j’aurais trois balises hreflang : l’une qui pointe vers la page en elle-même (indiquant à Google qu’il s’agit d’une page française), une balise qui pointe vers la version allemande et une vers la version espagnole. Ce qui donne :

<link rel="alternate" hreflang="fr" href="http://monsite.fr"/>
<link rel="alternate" hreflang="de" href="http://monsite.de"/>
<link rel="alternate" hreflang="es" href="http://monsite.es"/>

Voilà comment on peut correctement créer et référencer un site multilingue. Chez acti, nous prenons particulièrement à cœur l’optimisation de nos sites web et leur référencement, nous pouvons donc vous accompagner dans votre projet.

N’hésitez pas à passer nous voir à l’agence pour en discuter autour d’un café :)

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Rechercher