acti, agence web lyon

Le Blog

e-Réputation : quel outil choisir selon son budget ?

Par Alexandre, le vendredi 19 Feb 2016 dans Réseaux Sociaux

Quel outil pour sa veille d'e-réputation ?

Vous souhaitez gérer la e-réputation de votre entreprise par vous-même ?
Bonne nouvelle, il existe aujourd’hui beaucoup d’outils qui vont vous permettre de gérer avec plus ou moins d’efficacité votre e-réputation.

Qu’est-ce-qu’un outil de veille ?

Un outil de veille permet de récupérer, analyser et archiver les informations publiques disponibles en ligne au sein d’une seule et même interface.

Si vous souhaitez savoir ce qui est dit sur vous, on parlera de veille d’e-réputation. Élargissez la veille au marché/secteur et vous faites de la veille concurrentielle (ou de marché). Celle-ci supposera de l’outil des fonctionnalités supplémentaires et une puissance de recherche plus importante. Il existe aussi d’autres types de veille : technologique, sectorielle, etc.

Selon les fonctionnalités nécessaires au type de veille que vous avez besoin d’effectuer, un facteur important dans votre sélection d’outil d’e-réputation sera votre budget. Est-il de 0 €, de 50 ou 100 € par mois, ou plus ?

Dans cet article, nous classons nos outils favoris selon 3 budgets types, dans le cadre spécifique d’un besoin en veille d’e-réputation. Bonne lecture !

 

Zéro budget – Google Search & Alerts et IFTTT

Vous n’avez aucun budget ?

Alors, vous ne pourrez pas collecter « toute » l’information disponible en ligne. Vous ne pourrez par archiver l’information, vous n’aurez aucun outil pour automatiser une analyse sur ces données non plus : toutes ces fonctionnalités sont payantes.

Mais (!) vous pourrez tout même accéder à l’information en cherchant et en fouillant. Vous pourrez aussi automatiser la veille des nouveaux contenus. Pour cela, ces 3 outils sont à utiliser en commun.

Google Search

Google Search

Pour voir ce qui s’est déjà dit sur vous, utilisez les fonctionnalités de Google Search :

1. Rendez-vous sur google.com
2. Cherchez le nom de votre entreprise, puis cliques sur « Outil de recherche » et sélection Date « Période personnalisée » sur les 6 derniers mois par exemple.
3. Selon le nom et la taille de votre entreprise, vous aurez plus ou moins une dizaine de page que vous pourrez éplucher
4. Faites la même chose en cliquant ensuite sur l’onglet « Actualités ».

Google Alertes

Google Alertes

Ensuite, pour automatiser une veille sur une requête, inscrivez-vous sur Google Alertes et créer une alerte sur le nom de votre entreprise.

Vous avez déjà un bon aperçu du contenu en ligne, il reste maintenant la veille sur les réseaux sociaux qui ne ressort pas vraiment sur Google Search ou Google Alerts. Pour cela, utilisez IFTTT.

IFTTT

iFTTT

If This Then That : derrière cet acronyme anglais se cache un service, un facilitateur et surtout un connecteur. IFTTT permet selon la logique « ceci arrive donc cela se déclenche » de mettre en relation plusieurs services, qui vont de Twitter aux notifications de téléphones en passant par les objets connectés, la bourse ou encore l’heure, la météo, etc.

Vous pouvez utiliser ce service (gratuit !) pour organiser votre veille. Voici deux exemples de « recettes » utiles pour la veille d’e-réputation :

IFTTT Recipe: If new tweet mentions brand name, then add row to spreadsheet in Google Drive - ereputation connects twitter to google-drive

IFTTT Recipe: If new Instagram photo tags brand, then add row to spreadsheet in Google Drive - ereputation connects instagram to google-drive

Dans tous les cas, la veille ne sera pas parfaite, et vous passerez du temps à mettre en commun les informations en provenance des différents services. Mais c’est gratuit. 

 

Entre 0 et 100 € par mois – Mention ou Alerti

Vous avez un petit / moyen budget ?

Mention ou Alerti sont deux outils très efficaces dans cette gamme de prix. Ils vous permettront de faire une veille de qualité : la majorité des types de sources sont présents (réseaux sociaux, forums, blogs, sites web, etc.), ils possèdent des fonctionnalités d’analyses, et d’archivage sur une période moyenne (moins d’un an). Enfin, les interfaces sont plutôt confortables.

Simples et efficaces, ces deux outils sont limités cependant dans leur « scope » d’analyse, et leur capacité à archiver les informations pour consultation ultérieure ou pour effectuer des analyses longue durée.

Un aperçu de Mention :

Mention

 

Et Alerti :

Alerti

 

+ de 100 € par mois – Radarly

Vous avez un gros budget : nous ne saurons que trop vous conseiller Radarly (plus de 500 € par mois) qui offre un panel de fonctionnalités très riche et complet, notamment :

  • Analyse de l’ensemble des sources de trafic en ligne
  • Plateforme stable et fiable, ergonomie récente et bien pensée
  • Archivage efficace
  • Analyses et data vizualization utiles et modulables
  • Flux dédié au contenu en temps réel, très utile lors d’évènement
  • Section dédiée aux influenceurs

Aperçu de l’interface de Radarly :

Radarly

Au-delà du budget, prenez bien en compte vos besoins afin de savoir quel type de data vous avez besoin de surveiller : votre choix d’outil n’en sera que facilité.

Recommanderiez-vous d’autres outils pertinents pour ces 3 types de budget ?

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Les 5 meilleures opérations web de ce Noël 2015

Par Alexandre, le mardi 22 Dec 2015 dans Réseaux Sociaux

Chaque Noël, les annonceurs de par le monde rivalisent d’intelligence pour tirer leur épingle du jeu dans cette période de forte médiatisation de décembre.

Un véritable pic médiatique à forte saveur commerciale où de nombreuses marques cherchent à maximiser leur chiffre d’affaire avant la fin de l’année. En 2015, nous aurons vu l’avènement de l’ecommerce généralisé (85% des français font leurs achats de Noël sur Internet !), des wishlists (lire cet excellent article de Radarly, un des outils que nous utilisons chez acti pour le monitoring) et des opérations à forte visibilité sur les réseaux sociaux.

Eh oui : sur le web, la bataille de l’attention fait rage, souvent avec la déclinaison d’un spot TV, parfois uniquement par le biais d’actions web bien ficelées. Voici notre petite sélection d’opérations de Noël fortes intéressantes, et made in France !

 

Générateur de cadeaux par Orange

Concours de Noel Orange

Orange s’attaque avec brio à un pain-point évident de la période de décembre : la recherche de cadeaux pour les proches. Une manière originale de mettre en avant le catalogue produit tout en apportant une réelle valeur ajoutée en terme de service et d’expérience aux utilisateurs.

Avantages :

– Mise en avant des produits
– Contenu généré par les utilisateurs
– Expérience de marque ludique et utile

Catalogue de Noël 2015 par Les Magasins U

Comment renouer avec l’authenticité tout en mettant en avant le catalogue produit ? Système U joue la carte des préjugés et des rôles sexuels dans une vidéo #cute où elle fait la preuve de l’inanité de la sexualisation à outrance des jouets. Et elle valorise en passant son catalogue jouet imprimé… Pas mal !

Avantages :

– Campagne réellement 360° avec web / TV / print qui se nourrissent mutuellement
– Mise en avant de la personnalité de marque
– Message émotionnel fort

#NoelQuiDechire par rueducommerce.fr

L’opération #NoelQuiDechire a atteint une visibilité importante et qualitative sur Twitter grâce à un concept génial de simplicité : il faut suivre le compte et tweeter le nom de la marque suivi du lien du produit trouvé sur le site rueducommerce.fr.

Avantages :

– Permettre à des milliers d’internautes de visiter le catalogue à la recherche des produits qu’ils aiment
– Référencement du site grâce aux nombreux tweets avec les URL vers les pages produits
– Mentions positives de la marque
– Portée qualifiée puisque le tweet mentionne un cadeau qui plaît à l’utilisateur, il pourra probablement plaire aux followers de cet utilisateur
– Budget optimisé puisque le concours est « natif », c’est à dire qu’il aura suffit d’un tweet + règlement pour lancer celui-ci

Il faut cependant mentionner l’investissement de 44 produits et de leur envoi, ce qui n’est pas à la portée de tout annonceur.

Sainsbury’s Christmas Advert

Ok, ok, ce n’est pas en France, mais les résultats de cette vidéo valent bien sa présence dans notre top : déjà 26 millions de vues ! Pour la deuxième chaîne de supermarchés au Royaume-Uni, la clé du succès aura été de se concentrer sur un message simple (Christmas is for sharing) et de s’appuyer sur un contenu riche, émotionnel, divertissant, grand public, et finalement, si peu commercial. Une vidéo de 3 minutes parfaite pour un partage social qui donne bonne conscience et qui saura ramasser quelques j’aime…

Même recette et succès encore plus retentissant (43 millions de vues) pour cette marque (grand public là aussi) allemande. Assurément le buzz de ce Noël 2015 :

Avantages :

– Facilité de partage de la vidéo

Conclusion

Faire miroiter une carotte via un prix à gagner chaque jour, engager les foules grâce au plus petit dénominateur émotionnel ou encore répondre à un problème récurrent du consommateur : si tout cela semble simple et finalement assez commun, le talent de ces marques réside surtout dans leur capacité de réalisation et de production réussie de ces campagnes. Finalement, la magie de Noël, pour les marques, ça n’existe pas…

Joyeux Noël !

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Format des images de partage sur Facebook, Twitter et LinkedIn

Par Alexandre, le jeudi 5 Nov 2015 dans Réseaux Sociaux

Si vous utilisez les réseaux sociaux fréquemment (CM, responsables marketing et autres gestionnaires de communautés), vous vous êtes forcément déjà posé cette question : quelle est la taille optimale pour les images que je partage sur Facebook, Twitter ou LinkedIn ?

Vous faites alors une recherche sur Internet, qui vous montre qu’il n’existe absolument aucun consensus : d’une infographie à l’autre, on retrouve différents formats, et pas forcément d’uniformité. Pire encore, le format idéal change d’année en année, à mesure que les interfaces de ces mastodontes sociaux évoluent elles-aussi. Et que dire de l’usage du mobile ?

Aujourd’hui, je vous donne le consensus auquel nous sommes arrivés au sein du pôle social media d’acti pour le format des images de partages, c’est-à-dire les images partagées directement dans les publications (à ne pas confondre avec les images d’accompagnement des liens, les images de profil ou les images de couverture par exemple).

matrice-sociale-partage

 

(Cliquez sur l’image pour la voir en 100%, la télécharger et l’imprimer !)

Facebook

Sur Facebook, le format idéal correspond avant tout aux besoins de l’image :

– Une image qui aura été designée, contenant du texte, nécessite d’être nette sur tous les devices (mobile, tablette, desktop) : utiliser le format 1200 x 628 pixels

facebook
– Une image contenant surtout une composition photographique, ou graphique, pourra bénéficier d’un espace large, quitte à avoir un léger flou sur la version resizée dans le newsfeed : le format 1200 x 1200 pixels

fb-gros
– Une image à destination d’un public largement mobile pourra elle bénéficier d’un format allongé sur la hauteur, qui lui donnera plus d’espace sur mobile : tout rectangle vertical de bonne résolution (800 pixels au moins)

fb-long

 

Et le truc à retenir : 1024*512 pour un format qui fonctionne aussi bien sur Facebook que Twitter. Ça, c’est pratique !

Toujours enregistrer en png.

Twitter

Sur Twitter, le bon format sera un joli double carré de 1024 x 512 pixels. Toujours enregistrer en png.

Twitter

LinkedIn

Sur LinkedIn, le bon format sera un carré de 800 x 800 pixels. Toujours enregistrer en png.

linkedin

Commenter cet article Voir les commentaires (1)

Rechercher