acti, agence web lyon

Le Blog

Culture G(raphisme) ... #1

Par Isabelle, le mardi 10 Fév 2015 dans Actualité digitale

Culture G(graphisme)

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le graphisme digital sans jamais oser le demander : culture g(raphisme) est un quizz grand public, sur le thème de la créa digitale au sens large. Enjoy !

 

Q1 – Qu’interprète le cerveau en premier ?

Culture-Graphisme-1_03-cerveau


Réponse : b.
 

Ce sont les couleurs qui sont interprétées en premier par notre cher ami le cerveau : c’est la hiérarchie de l’attraction visuelle. D’ailleurs, selon la conclusion d’une analyse menée par l’agence Curalate sur quelques 500 000 images postées sur Pinterest :

  •  Les rouges orangés plaisent plus que la palette des bleus 
  • Les visuels multicolores obtiennent plus de clics que les monochromes
  • La luminosité et la saturation se portent mieux dans la moyenne : ni trop, ni pas assez
  • Les images verticales entre un ratio 2:3 et 4:5 sont plus partagées sur le réseau
  • Les images qui privilégient un cadrage serré aussi
  • À une texture chargée autour d’un sujet, préférer une texture lisse
  • Enfin un dernier conseil : couper les têtes !

    … en effet, les images sans visages seraient 23% plus repinnées que les images incluant un visage.

Retrouvez les chiffres et l’infographie détaillée 

 

Q2 – Qu’est-ce que le skeuomorphisme ?

Qu'est ce que le skeuomorphisme ?


Réponse : b.

Le skeuomorphisme est un style de design d’interface graphique qui s’inspire directement du « réel » à grand renfort de textures, effets de profondeur et éléments décoratifs.

Au skeuomorphisme s’oppose le « flat design » qui à l’inverse, est caractérisé par son minimalisme, et qui privilégie la lisibilité du message et de la forme à tout artifice superflu.

Si le skeuomorphisme a connu son heure de gloire à une époque où le design d’interface cherchait probablement ses marques auprès des utilisateurs, il est désormais largement mis K.O. dans la « battle » qui l’oppose au flat design.

 

Q3 – Où se trouve la ligne de flottaison ? 

Où se trouve LA ligne de flottaison ?


Réponse : b
 (…et a).

La ligne de flottaison qui définit la surface visible initiale au chargement d’une page web n’est évidemment pas située au même endroit selon le terminal (mobile, tablette, ordinateur portable, ordinateur de bureau ?) sur laquelle la page est consultée.

En somme, pour une même page, il existe plusieurs lignes de flottaison variables selon les configurations de lecture.

 

Q4 – Qu’est ce qu’une typographie websafe ?

Qu'est ce qu'une typographie websafe ?


Réponse : b (…!)

Parmi les police websafe les plus connues, on compte l’Arial, la Times New Roman, la Courier et l’inénarrable Comic sans ms, que les graphistes adorent détester.

Les typographies websafe sont à distinguer des typographies web, qui -elles- se composent d’un éventail bien plus large. Google contribue d’ailleurs au rayonnement et à l’usage de ces typographies à travers une galerie de polices gratuites et libres des droits. Rendez-vous sur www.google.com/fonts

 

Culture-Graphisme-1_06-visuel-a-bientot

 

Commenter cet article Voir les commentaires (2)

WordPress, une cible d'attaque idéale ?

Par acti, le lundi 5 Jan 2015 dans Actualité digitale

picjumbo.com_IMG_4953

Connaissez vous WordPress ? 

C’est une solution de système de gestion de contenus pour le Web (en anglais, un CMS : Content Management System). Gratuite, performante, ergonomique et accessible à des profils non experts en technologie, elle est victime de son succès. 

Le site officiel de WordPress se vante de « faire tourner 23 % des sites Web », d’après une étude disponible ici : http://w3techs.com 

Selon les sources, on estime entre 57 % et 61 % la part de marché de WordPress dans l’univers des CMS.

Ces chiffres attirent fortement les hackers (pirates), débutants ou professionnels, qui s’introduisent sur les sites pour :

– Utiliser les serveurs en tant que relais de spam (vous savez ces emails qui polluent vos boîtes de réception) ?

– Infecter des serveurs qui rejoignent les rangs des botnets (ordinateurs zombies), à l’insu de leurs propriétaires

– Introduire des publicités inattendues, souvent de nature pornographique, ou des liens vers des sites de contrefaçon

– Effectuer de l’hameçonnage (phishing ou filoutage), pour capturer les informations d’internautes en se faisant passer pour des sites officiels (sites de banque notamment), afin d’usurper leurs identités…

Les motivations de ces hackers sont d’abord lucratives

 – Récupération de clients potentiels (publicités), 

– Vol d’argent (hameçonnage), 

– Location pour quelques heures de centaines de milliers de serveurs infectés pour des attaques en masse (lire ci-après). Quand on sait que la « location » d’un serveur piraté peut être de 1 $ par heure, on imagine facilement qu’un jeune hacker puisse atteindre des revenus supérieurs à un réseau de dealers.

Leurs motivations sont aussi idéologiques. C’est le cas des attaques en masse de serveurs (appelées DDos pour Deny Of Service) pour pénaliser une institution, un concurrent, un site d’état, ou effectuer une pression. Le piratage de Sony Films en décembre 2014 est un exemple largement commenté dans la presse, visant à décourager Sony à diffuser son film sur la Corée du Nord.

85338223_4e85a23e9e_z

WordPress est-il sécurisé ?

La réponse est NON.

Si vous téléchargez WordPress, même dans sa dernière version, et l’installez avec son paramétrage par défaut, vous offrez aux hackers un nid à virus.

Par définition, aucun système informatique n’est 100 % sécurisé

En école d’ingénieur on apprend que tout développement informatique dépassant 20 lignes de code est sujet à des bugs, dont une partie peut être exploitée par des personnes malveillantes.

WordPress ne fait pas exception. Chaque jour, une course effrénée oppose la communauté des utilisateurs bienveillants et contributeurs de WordPress, aux hackers

WordPress peut-il être sécurisé ? 

La réponse est « jamais à 100 % ».

Mais cette réponse ne doit pas vous dispenser de mettre en place des solutions de sécurisation. A défaut d’en faire un système invulnérable, vous découragerez certaines catégories de hackers, qui décideront de s’attaquer à d’autres sites moins sécurisés.

Quelques pistes de sécurisation : 

– La première obligation est d’utiliser des mots de passe complexes pour la connexion au back office (15 caractères environ, avec mélange de minuscules, majuscules, chiffres, et caractères spéciaux)

– Certains modules développés par WordPress sont des boîtes à outil de sécurisation (on peut citer notamment WP Acunetix Security)

– D’autres sont particulièrement vulnérables, certains sont même développés par des hackers pour introduire de nouvelles failles de sécurité

– Il faut être prudent dans le choix d’un module parmi les 35 000 disponibles en décembre 2014 sur le site officiel 

Les efforts nécessaires pour limiter les attaques sont conséquents. Nous développons certains sites web de nos clients avec WordPress, qui reste une bonne solution à condition de prendre des précautions.

Nous nous devons de remercier les bénévoles bienveillants qui se sont relayés pour développer le coeur de WordPress (né en 2003) et ses modules, et qui sont très réactifs pour corriger une faille identifiée.

Pour en savoir plus :

La littérature sur le sujet de sécurisation ne manque pas, je propose aux plus curieux quelques liens intéressants :

– Une vidéo qui explique les précautions nécessaires pour sélectionner les modules de WordPress à installer (45 minutes) 

–  7 conseils de sécurité WordPress (juin 2012)

–  13 conseils pour protéger l’accès administrateur de WordPress (en Anglais, janvier 2012)

– Un article qui parle aussi de la sécurisation des accès administrateur (en Anglais, août 2014)

–  Un article sur la sécurisation en liens aux attaques informatiques (mai 2013) 

Commenter cet article Voir les commentaires (1)

Les 5 coups de coeur d’acti lors de #LeWeb Édition 2014

Par Christophe, le vendredi 12 Déc 2014 dans Actualité digitale

Une participation à LeWeb, plus gros évènement web européen, prend une saveur particulière lorsque l’on cherche à sortir des sentiers battus. Les conférences sont toujours intéressantes, certes, mais ces dernières peuvent être visionnées en vidéo en aval de l’évènement : pourquoi alors ne pas consacrer du temps en priorité aux startups, aux exposants, aux participants ?

Comme chaque année, acti est donc parti à la chasse aux bonnes idées ces 3 derniers jours, dont vous retrouverez notre Top 5 ci-dessous :

Miiya, une montrée connectée pour enfants

En cours de campagne de crowdfunding sur Indiegogo, Miiya est une montre connectée qui aide les enfants à bien grandir en les encourageant à se dépenser, qui rassure les parents en les alertant lorsque ces derniers s’éloignent trop et qui offre des sujets de discussion entre parents et enfants grâce au reporting de leur activité.

« Résistante aux enfants », et donc à la boue, aux chocs et autres agressions équivalentes, cette montre existera en plusieurs coloris et se rechargera facilement grâce à un port USB subtilement dissimulé. Peut-être en achèterons-nous 2 ou 3 pour les grands enfants de chez acti…


Jukedeck, la création de musique gratuite

Lorsqu’une personne de chez France Télévisions, lors d’une discussion, nous a demandé de citer la startup que nous avions préféré lors de nos rencontres, notre réponse a immédiatement été Jukedeck : nous n’avons finalement pas été les seuls à penser cela puisque ce projet a gagné la Startup Competition de LeWeb quelques heures plus tard.

Pour faire simple, JukeDeck permet de générer des séquences de musique grâce à un algorithme (seul le style et la rapidité sont à déterminer), puis de les télécharger en MP3 avant de pouvoir les exploiter librement, gratuitement : idéal pour les créateurs de contenu vidéo !

D’ailleurs, Christophe (acti) a eu le plaisir de partager l’illustration de l’article de TechCrunch (l’un des plus gros médias « web / nouvelles technologies » de la planète) dédié à la victoire de JukeDeck dans la Startup Competition :

Selinko, identification et lutte contre la contrefaçon

S’il est toujours appréciable de découvrir de nouvelles manières de basculer du virtuel au réel, il nous est généralement difficile de masquer notre excitation lorsqu’une découverte s’avère d’une utilité notable et d’une efficacité redoutable. Et il s’avère que c’est justement le cas de l’activité de la startup belge Selinko !

Selinko accompagne des acteurs du luxe, des vins et spiritueux, de la maroquinerie haut de gamme ou encore des cosmétiques en plaçant des puces NFC sur leurs produits. Grâce à leur application, n’importe qui peut « flasher » un produit et garantir sa nature, en savoir plus sur ses caractéristiques ou l’acheter en quelques clics. Enfin une solution efficace pour lutter contre la contrefaçon ?

Guide Like You, tourism + smart = « smart tourism »

Jusqu’à maintenant, vous aviez deux manières de visiter une ville que vous ne connaissiez pas : partir à l’aventure, ou faire appel à un guide. Guide Like You apporte une alternative à ce schéma en permettant à n’importe qui d’endosser le rôle de guide : l’internaute a le choix du guide, l’autochtone gagne un peu d’argent, et tout le monde est content !

La sélection du guide est un vrai plus : au delà de son simple nom et de son coût horaire, l’internaute intéressé peut découvrir ses centres d’intérêts (pratique pour éviter les blancs lors de trajets en métro…), ses moyens de locomotion privilégiés, ses langues parlées, et une petite description personnalisée.

Google Cardboard, réalité virtuelle à moindre coût

Très honnêtement, nous étions sceptiques : entendant régulièrement parler du Google Cardboard, mais surtout déjà bien habitués à la qualité de l’immersion de l’Oculus Rift, nous n’avions pas imaginé que notre expérience serait aussi surprenante.

« Surprenant » est d’ailleurs sans doute le terme qui correspond le mieux à ce produit. En carton, il se « monte » sans difficulté, puis, lorsqu’un terminal Android adapté (doté d’un grand écran) y est inséré, l’utilisateur peut alors accéder à de nombreuses applications dans un monde immersif bluffant. Lorsque l’on sait que le prix n’est que de quelques euros… il parait bien improbable que le succès ne soit pas au rendez-vous.

En attendant l’année prochaine, et une nouvelle sélection de coups de coeur, n’hésitez pas à vous arrêter quelques minutes sur chacun de ces projets, et à nous donner votre ressenti en commentaires.

Commenter cet article Voir les commentaires (0)

Rechercher